Béluga dans la Seine : "On a un pronostic extrêmement réservé pour cet animal", explique une soigneuse qui a participé à son sauvetage

Le béluga perdu dans la Seine est transféré dans le Calvados où il passera trois jours en observation avant d'être relâché en fonction de son état. Selon la soigneuse Isabelle Brasseur, il fait figure d'"ambassadeur" de la faune animale menacée par l'état de la planète.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des vétérinaires prennent soin du béluga repêché dans la Seine et transféré le 10 août 2022 dans le Calvados en vue d'être relâché. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"On a un pronostic extrêmement réservé pour cet animal", a expliqué mercredi 10 août sur franceinfo Isabelle Brasseur, responsable éducation, recherche et conservation au Marineland d’Antibes. Elle fait partie des trois soigneurs du plus grand zoo marin d’Europe à avoir participé à l’opération de sauvetage du béluga. Le cétacé blanc, sorti de l'écluse dans laquelle il était stationné dans l'Eure, a été transporté à Ouistreham (Calvados). Le cétacé de 800kg doit être relâché dans la journée dans une écluse d'eau de mer du port de Ouistreham (Calvados), avant d'être reconduit en haute-mer après trois jours d'observation.

franceinfo : Comment était le béluga ? Était-il urgent de le sortir de l'écluse ?

Isabelle Brasseur : Il était urgent de le faire regagner l'environnement marin et de le sortir de cette eau douce dans l'écluse, même s'il y était paisible et avait un comportement stable. Tout le monde était aux petits soins autour de l'animal. Il a été mis dans un filet et tout de suite on a pu le mettre sur une barge pour l'emmener vers un quai. Sur cette barge, lors du transfert, on a fait les différents examens sanguins et de l'état corporel. Il était extrêmement amaigri.

Comment s'est passé sa sortie de l'écluse ?

En prenant le temps et en étant bien coordonnés entre les multiples services, plongeurs, animaliers, vétérinaires, les pompiers, la Croix-Rouge, cela s'est bien passé. Avant de le relâcher dans l'océan, des décisions seront prises conjointement au fur et à mesure des signes présentés par l'animal. On ne peut pas aujourd'hui se prononcer sur ce que sera l'avenir. On y va étape par étape. Pour le moment on va le mettre dans un bassin d'eau salée et on verra ce que cela aura comme effet sur lui.

Est-ce que cela doit alerter sur les conditions de la faune marine ?

On a un pronostic extrêmement réservé pour cet animal mais on peut dire qu'il est une sorte d'ambassadeur. Les médias, les citoyens se mobilisent autour de cet animal, ils veulent connaître l'avenir de cet individu. Il révèle d'autre chose plus profonde, notre inquiétude : est-ce que cette planète va bien ? Est-ce que les océans vont bien ? Est-ce vrai qu'on a fait autant de mal à notre planète ? Toutes ces choses-là. On aimerait tous que ce béluga survive, mais s'il venait à décéder il a quand même mené une mission incroyable de rallier un grand nombre de personnes à sa cause ou à celle des océans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.