Cet article date de plus d'un an.

Belgique : un loup vagabond soupçonné d'avoir mangé un kangourou domestique

Un expert de la faune sauvage soupçonne un prédateur qui va et vient entre la Belgique et l'Allemagne, mais la police n'a pas confirmé l'attaque. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Image d'illustration d'un kangourou en Australie, en juin 2016. (MICHAEL RUNKEL / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)

Un loup est soupçonné d'avoir tué un kangourou domestiqué et d'en avoir mordu un autre au cours d'une attaque nocturne à Balen (Belgique), a expliqué un spécialiste de la faune sauvage, mercredi 25 décembre. Le marsupial a disparu mais il est "probablement mort", consommé "en guise de repas de Noël" par le prédateur, a déclaré Jan Loos, directeur du centre Landschap, spécialisé dans la faune sauvage.

Un autre kangourou a été mordu à l'oreille, mais il est "en bonne santé". Les deux animaux se trouvaient dans le jardin de leurs propriétaires lorsque l'attaque s'est produite. Ce sont ces personnes, dont Jan Loos n'a pas révélé l'identité, qui ont appelé le spécialiste. "J'ai découvert des empreintes de loup, il est donc pratiquement certain qu'il s'agissait d'un loup, mais nous ne sommes pas sûrs à 100% de savoir de quel loup il s'agit", a déclaré l'expert.

Des échantillons ADN prélevés

Jan Loos soupçonne un loup surnommé August, repéré depuis le milieu de l'année 2018. Ce loup, qui va et vient en traversant la frontière avec l'Allemagne, vagabonde dans la région. Habituellement, les loups chassent et consomment des sangliers ou des cerfs, et parfois s'en prennent au bétail par facilité, a relevé l'expert.

Contactée par l'AFP, la police de Balen a indiqué n'avoir pas d'autres informations sur cette affaire. Des échantillons ont été prélevés sur le kangourou et la clôture, précise le quotidien belge Het Nieuwsblad (en flamand), et les autorités fourniront les résultats des prélèvements ADN en janvier.

Les kangourous, animaux australiens, ne vivent pas habituellement en Europe en dehors des parcs zoologiques. Des colonies de wallabys, qui ressemblent à des kangourous de petite taille, échappés d'une réserve zoologique, vivent depuis des décennies dans un secteur de la forêt de Rambouillet, à l'ouest de Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.