Animaux : les sanctions prévues contre les propriétaires qui les abandonnent

Sur le plateau de France 2, le journaliste Anthony Jolly explique les risques encourus par les propriétaires qui abandonnent leurs animaux.

Voir la vidéo
France 2

En France, les abandons d'animaux se multiplient. Pourtant, "le Code pénal prévoit une sanction pour les propriétaires en cas d'abandon", explique le journaliste Anthony Jolly, sur le plateau de France 2. En effet, ils risquent deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. "Quand une personne devient propriétaire d'un animal, elle a juridiquement une obligation d'alimentation, de soins ou d'abri", explique le journaliste. Aussi, le juge peut prononcer "l'interdiction provisoire ou définitive de détenir un animal".

Des pensions pour animaux existent

Si un propriétaire ne peut emmener son animal en vacances, plusieurs solutions s'offrent à lui. Tout d'abord, il est possible de faire appel à une entreprise. "Une personne passe chez vous pour nourrir votre animal de compagnie et vérifier que votre animal va bien". La visite coûte entre 5 et 25 euros. Il existe aussi des pensions pour animaux. "Ce type d'hébergement est géré par des personnes agrées par les services de l'État", précise le journaliste avant de rajouter : "Comptez entre 10 et 20 euros par jour pour la garde d'un chien et entre 8 et 13 euros par jour pour un chat".

Pour ceux qui veulent aider, il est possible d'offrir des dons à des associations comme 30 Millions d'amis ou la SPA. "Notez qu'en faisant un don, vous pouvez obtenir une déduction fiscale", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des membres de la Société protectrice des animaux (SPA) et de la Ligue pour l\'intérêt de la société et de l\'animal (LISA) évacuent des chiens qui vivaient dans des conditions insalubres, le 1er août 2007. Image d\'illustation. 
Des membres de la Société protectrice des animaux (SPA) et de la Ligue pour l'intérêt de la société et de l'animal (LISA) évacuent des chiens qui vivaient dans des conditions insalubres, le 1er août 2007. Image d'illustation.  (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)