Agriculture : une nouvelle famille d'insecticides pointée du doigt

Une nouvelle famille d'insecticides est accusée de détruire les abeilles.

France 2

Colza, blé, maïs, tournesols... toutes les cultures sont traitées avec pesticides. Une famille d'insecticides est pointée du doigt aujourd'hui : celle des néonicotinoïdes. "Dérivés de la nicotine, ces produits ont pour but d'exterminer certains insectes nuisibles comme les pucerons", indique la journaliste. Mais les apiculteurs les redoutent particulièrement. La production de miel étant souvent affectée. Comme celle de Thierry Cocandeau qui produit chaque année cinq tonnes de miel au lieu de sept. "A cause de ces produits là, nos colonies à long terme sont de piètre qualité. Derrière on rame pour pouvoir maintenir le cheptel et pallier les 40% de mortalité qu'on a d'année en année".

Un traitement indispensable

Mais selon les céréaliers, ces traitements sont indispensables pour protéger leurs champs. Interdire ces pesticides "ça joue sur la quantité et sur la qualité des cultures" indique Marcel Placet. A terme, c'est leur production qui peut être violemment touchée. "Votre rendement peut être divisé par deux" confirme cet agriculteur. Aujourd'hui, quatre insecticides sur dix sont des néonicotinoïdes. Certains ont été interdits car retrouvés sur des production de légumes. Malgré cela, leur utilisation a augmenté de 30% en une année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Selon des études scientifiques, les abeilles sont particulièrement touchées par les effets nocifs des néonicotinoïdes. (Photo d\'illustration)
Selon des études scientifiques, les abeilles sont particulièrement touchées par les effets nocifs des néonicotinoïdes. (Photo d'illustration) (MONIQUE BERGER / AFP)