Alpes : avalanche meurtrière

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 28/12/2013Durée : 00h20

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Au moins 4 avalanches hier dans les Alpes françaises.

Un incendie spectaculaire ce matin à Lomme, près de Lille (Nord). Un camion transportant des bouteilles de gaz a pris feu pour une raison encore inconnue. Il y a un blessé léger.

Quelques minutes après l'explosion, un habitant du quartier filme la scène. La déflagration a fait s'embraser une partie du quartier. Quatre maisons sont détruites instantanément. Cinq autres sont endommagées dans l'incendie. Ici, vivent plusieurs familles, une trentaine de personnes.

On est sortis au plus vite. Tous les voisins étaient là, on était au fond du jardin. On avait peur que toutes les maisons explosent.

Heureusement, l'incendie n'a fait qu'un blessé léger. Le feu serait parti de cette camionnette chargée de bonbonnes de gaz. Tous les éléments étaient réunis pour une catastrophe majeure. L'incendie est désormais maîtrisé, reste à reloger les victimes. Elles ont été prises en charge par une cellule d'aide psychologique. Un jeune skieur de 16 ans est mort. Et puis un guide de 43 ans qui rejoignait son refuge. L'homme, considéré comme un grand montagnard, était une figure de la station de Courchevel où l'émotion est très vive depuis hier soir.

L'atmosphere est pesante, ce matin, dans les rues de Courchevel. La disparition de Lionel Blanc, survenue hier, est dans les têtes. Tout le monde le connaissait.

C'est un choc qui frappe tout le monde, car Lionel était une grande figure, un super professionnel.

On se dit pourquoi lui.

L'avalanche a eu lieu dans cette pente hors-piste, en contrebas du refuge qu'il allait rejoindre avec son fils. C'est l'adolescent indemne qui a donné l'alerte. Les secours arrivés très vite n'ont pu réanimer son père. Montagnard expérimenté, Lionel Blanc, 50 ans, connaissait les dangers du hors-piste. Pour ses anciens collègues pisteurs, sa disparition est un traumatisme.

Au départ, on n'y croit pas, car on ne veut pas y croire. Après, c'est la surprise, l'émotion, avec tout ce qui va avec.

Il va allonger la longue liste des collègues qui ont déjà disparu. C'est une grande perte pour nous.

En haut des pistes, certains skieurs le reconnaissent, l'accident d'hier fait réfléchir.

On se dit qu'on n'est jamais à l'abri. Il faut faire attention.

Hier, à Courchevel, la météo était pourtant bonne. A nouveau, les professionnels incitent à la plus grande prudence.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==