Toussaint : au cimetière du Pére-Lachaise

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 02/11/2013Durée : 00h40

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Le jour de la Toussaint, avez-vous fleuri les tombes de vos proches ? Les Français le font moins mais quelques bastions, comme la Corse, la Bretagne ou l'Alsace maintiennent la tradition. Un cimetière attire un public bien plus large, un des plus célèbres. Ce samedi, le Père-Lachaise, a Paris, attendait 30.000 visiteurs.

Dans l'Est parisien, un grand jardin aux 70.000 tombes. Des milliers d'âmes, les unes à côté des autres, savourent un repos éternel, un peu perturbe aujourd'hui.

Bienvenue au Père-Lachaise, plus grand cimetière intra muros de Paris, avec ses 44 hectares.

Trois fois par semaine, Régis amène les visiteurs sur la tombe des grands hommes, dont il détient tous les secrets.

Derrière le cercueil de M .Morrison, il y avait 5 personnes.

Depuis, les choses ont bien changé. La sépulture de Jim Morrison est une de celles qui reçoit le plus d'hommages.

Ça fait presque 60 ans que je rêve de voir Jim Morrison. C'est la première fois que je viens au Père Lachaise. Les Doors, pour moi, c'est ma jeunesse.

Non loin des sépultures de Molière et La Fontaine, repose le compositeur polonais Frédéric Chopin. Pour cette Polonaise, en France depuis 10 ans, ne c'est pas seulement au pianiste qu'elle vient rendre hommage.

C'est mon compatriote, un grand compositeur.

Des hommages pour les uns, un peu de poésie pour les autres, qui ne voient rien d'austère à déambuler entre les tombes.

Aller se perdre dans les petits chemins et voir sur qui on tombe, sans faire de mauvais jeux de mots.

Ici, c'est apaisé, populaire.

Cette famille vient dans un tout autre état d'esprit. Ils célèbrent leur époux et père disparu, ainsi que des ancêtres. Des anonymes au milieu des grands noms.

C'est la preuve qu'on peut approcher dans la mort aussi bien des gens très connus comme des illustres inconnus qui ont fait notre famille.

Ce n'est pas parce qu'ils sont morts qu'on va les oublier. C'est normal d'aller les saluer et parfois on parle.

Au Père Lachaise, le ballet des saisons passe, les visiteurs refluent, et avec eux, la mémoire se perpétue.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==