Vendée Globe : Alan Roura, 23 ans, boucle son premier tour du monde en solitaire

Surnommé le "Bébé de la flotte", le plus jeune participant du Vendée Globe, le Suisse Alan Roura, 23 ans, a bouclé son premier tour du monde en solitaire sans escale ni assistance. Son bateau, La Fabrique, s'est classé douzième lundi.

Les sirènes des tempêtes ont, semble-t-il, lancé le rasoir du benjamin de la course par dessus bord.
Les sirènes des tempêtes ont, semble-t-il, lancé le rasoir du benjamin de la course par dessus bord. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)
avatar
Cécilia ArbonaRadio France

Mis à jour le
publié le

La barbe hirsute après avoir perdu son rasoir, le skipper qui fêtera son 24e anniversaire dimanche est revenu à bon port aux Sables d'Olonne. Après 105 jours, 20 heures, 10 minutes et 32 secondes de navigation, Alan Roura, embarqué sur La Fabrique, boucle ainsi lundi 20 février son premier tour du monde en solitaire sans escale ni assistance. Et se classe douzième dans la course avec, à l'arrivée, de la fierté et une intense envie de recommencer.

"Bébé de la flotte"

Celui que les plus anciens marins du Vendée Globe surnomment le "Bébé de la flotte" s'était déguisé le jour du départ, le 6 novembre dernier : le skipper avait pris la mer dans la tenue de Corto Maltese, caban bleu marine, pantalon beige, chaussures en daim et casquette sur son visage juvénile.

Cent-cinq jours plus tard, le revoilà avec une barbe de Robinson Crusoé puisque les sirènes des tempêtes ont, semble-t-il, lancé son rasoir par dessus bord. C'est avec émotion, fierté et humilité qu'il est revenu au port : "Je suis très content de cette course de me retrouver là, explique-t-il. J'ai appris beaucoup de choses : me connaître, connaître mes limites, surmonter ses peurs, passer du rire au larmes."

"J'ai appris à me connaître, surmonter mes peurs" - Alan Roura, benjamin du Vendée Globe
--'--
--'--

Au départ de cette huitième édition du Vendée Globe, Alan Roura a dû composer avec un parcours émaillé d'incidents : perte de ses fichiers météos pendant la traversée du Pot au Noir, problème de fixation de son safran tribord dans les mers du sud, rupture de son safran tribord dans le Pacifique, nombreux passages de cargos... Aujourd'hui, dix ans après avoir arrêté l'école pour se consacrer à sa passion, la voile, Alan Roura est entré dans le cercle fermé des skippers qui ont dompté l'Everest des mers.