Roland-Garros : les organisateurs refusent d'inviter Maria Sharapova, la privant de tournoi

Après sa suspension pour dopage, l'ancienne star russe est classée à la 211e place mondiale et ne peut accéder au tournoi sans y être invitée. 

Maria Sharapova, le 15 mai 2017, à Foro Italico, en Italie. 
Maria Sharapova, le 15 mai 2017, à Foro Italico, en Italie.  (SILVIA LORE / NURPHOTO)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La Fédération française de tennis a annoncé, mardi 16 mai, qu'elle n'accorderait pas d'invitation à Maria Sharapova pour Roland-Garros. Les organisateurs privent ainsi la star du tennis russe de son seul moyen de disputer le tournoi, qui se tiendra du 28 mai au 11 juin. 

L'ancienne numéro 1 mondiale a effectué son retour sur le circuit fin avril, après quinze mois de suspension pour dopage, et est aujourd'hui reléguée à la 211e place du classement ATP. Seuls les mieux classés sont qualifiés d'office pour le tournoi. Les autres doivent passer par les qualifications, mais Maria Sharapova n'est pas assez bien classée pour y accéder.

"C'est à elle seule de reconquérir ses titres"

Dans ce genre de situation, les organisateurs peuvent délivrer des invitations nommées wild cards et ainsi permettre à des sportifs mal classés de participer malgré tout au tournoi. "Je ne peux pas la priver des titres obtenus, mais aujourd'hui, je ne peux pas lui accorder la wild card demandée. Les titres gagnés ici, elle les a conquis dans les règles sans rien devoir à personne", a expliqué Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis, sur Facebook live.

"S'il existe des wild cards pour des retours de blessure, il n'en existe pas pour des retours après une sanction pour dopage. C'est à elle seule de reconquérir ses titres, a ajouté Bernard Giudicelli. L'intégrité est l'un de nos engagements forts. On ne peut pas décider, d'un côté, d'augmenter la dotation des fonds dédiés à la lutte antidopage et de l'autre..."