Open d'Australie : l'Allemande Angélique Kerber crée la surprise en finale contre l'Américaine Serena Williams

Angélique Kerber est la première Allemande à gagner un titre majeur depuis Steffi Graf en 1999 à Roland-Garros.

L'Allemande Angélique Kerber serre le poing après un point marqué face à l'Américaine Serena Williams le 30 janvier 2016 en finale de l'Open d'Australie à Melbourne.
L'Allemande Angélique Kerber serre le poing après un point marqué face à l'Américaine Serena Williams le 30 janvier 2016 en finale de l'Open d'Australie à Melbourne. (PETER PARKS / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Américaine Serena Williams n'était plus qu'à un match du record des 22 victoires en Grand Chelem détenu par l'Allemande Steffi Graf. Mais une autre Allemande, Angélique Kerber, l'a empêchée de la rejoindre, en la battant 6-4, 3-6, 6-4 en finale de l'Open de tennis d'Australie à Melbourne, samedi 30 janvier.

L'Allemande de 28 ans, 6e du classement WTA a créé la surprise et réalisé un exploit en surclassant l'Américaine de 34 ans, 1ère du classement. Jusqu'à présent, l'Allemande n'avait remporté qu'un match en six rencontres face à l'Américaine, c'était en 20125 à Cincinnati. Mieux, Kerber est la première Allemande à gagner un titre majeur depuis Steffi Graf en 1999 à Roland-Garros.

La fin du sans-faute pour Serena Williams

Avant de perdre en finale à Melbourne, Serena William paraissait pourtant revenue au mieux de sa forme et affichait des statistiques impressionnantes.. Elle n'avait perdu aucune manche, n'avait cédé que 2,6 jeux par set en moyenne, et totalisait 46 aces et 83% de réussite au filet. 

Cet échec de Serena Williams en rappelle un autre, il y a quatre mois, avant l'US Open. L'Américaine avait gagné les trois premiers titres majeurs de la saison et semblait intouchable. Elle avait pourtant perdu à New York, dès les demi-finales, contre l'Italienne Roberta Vinci, une joueuse nettement moins bien classée qu'elle.