Un petit poucet du rugby entre en bourse

C'est une première en France : un club de rugby coté en bourse. Et pas un club de l'élite. Marseille-Vitrolles, qui évolue en Fédérale Une, l'équivalent de la 3e division, a fait son entrée ce matin sur le marché libre. Objectif : augmenter son budget pour rejoindre la Pro D2 dès la saison prochaine...

(Radio France © France Info)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Marseille-Vitrolles compte dans ses rangs l'ancienne star néo-zélandaise Jonah Lomu. Mais le petit club phocéen évolue pour l'instant dans les tréfonds du championnat, en Fédérale Une, l'équivalent de la 3e division.
_ Pour gravir les échelons, il faut des grands joueurs, des entraîneurs cotés et donc, des capitaux. C'est là que réside le but de l'opération : augmenter le capital - il faut au minimum doubler le budget - pour assurer le développement du club, et doter Marseille d'une grande équipe de rugby.

Ce matin, quelque 40.000 titres détenus par le principal actionnaire du club des Bouches-du-Rhône, ont donc été mis sur le marché au prix d'un euro. L'initiative, une première en France dans le monde du rugby, a été lancée par l'actionnaire principal, Bernard Calvignac, qui dirige un fonds d'investissement au Luxembourg.

Dans un premier temps, cette introduction en bourse ne s'adresse pas au grand public, mais seulement aux fonds d'investissement et aux sociétés financières.

Valéry Lombardo, Gilles Halais