Suisse : les Grisons disent non à une candidature aux JO d'hiver 2026

Lors d'une votation, plus de 60% des électeurs ont refusé l'attribution d'un crédit pour promouvoir la candidature de leur canton.

Des skieurs dans la station de ski Saint-Moritz (Suisse), samedi 11 février 2017.
Des skieurs dans la station de ski Saint-Moritz (Suisse), samedi 11 février 2017. (FABRICE COFFRINI / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le CIO se viande dans les Grisons. Les citoyens de la région suisse ont majoritairement rejeté, par référendum, une candidature de leur canton aux JO d'hiver 2026, dimanche 12 février.

Plus de 60% des électeurs ont choisi le "non"

En décembre, le parlement régional avait accepté un crédit de 25 millions de francs suisses (23,4 millions d'euros) pour soutenir la candidature de leur région. Mais après dépouillement des 112 communes, plus de 60% des citoyens ont refusé cette enveloppe. Même à Saint-Moritz et Davos, les citoyens ont dit "non" au crédit, respectivement à 56,10% et 52,90%.

Des affiches en faveur du projet olympique, samedi 11 février 2017, dans les rues de Pontresina (Suisse).
Des affiches en faveur du projet olympique, samedi 11 février 2017, dans les rues de Pontresina (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)

Le crédit concernait la première phase du budget destiné à la candidature s'élevant "à 24 millions de francs suisses, partagés entre trois entités : 8 apportés par Swiss Olympic, 8 par l'état fédéral et 8 par le canton, les Grisons ayant décidé d'ajouter 1 million de plus", avait expliqué le porte-parole de Swiss Olympic, le comité national olympique suisse.

Le projet "Olympia Grisons" prévoyait l'utilisation d'infrastructures déjà existantes, comme les pistes de ski. Les disciplines se seraient réparties sur une dizaine de sites, dont Saint-Moritz, Davos (qui accueille chaque année en janvier le Forum économique mondial) et Lenzerheide.

Une candidature suisse reste possible

La victoire du "non" laisse la voie libre à la seule autre candidature suisse, menée par la ville de Sion, qui réunit quatre cantons (Valais, Fribourg, Berne et Vaud). Le Comité national olympique suisse doit se prononcer sur une éventuelle candidature helvétique le 7 mars 2017, avant la désignation de la ville-hôte par le Comité international olympique (CIO) en 2019.

Si les citoyens des Grisons avaient accepté ce crédit, ils auraient dû voter une nouvelle fois, vraisemblablement à l'automne 2018, pour se prononcer sur un projet définitif. C'est déjà le deuxième refus des Grisons en quatre ans. En 2013, déjà, les citoyens du canton avaient rejeté une éventuelle candidature aux JO de 2022 à Davos et Saint-Moritz.