Le carnet olympique de Gévrise Émane : médaillée enfin !

Six mois pour suivre les pérégrinations de Gévrise Émane, la judoka, à qui ne manque qu'une médaille olympique. Sélectionnée dans la catégorie des - de 63 kg, l'athlète nous a invités jour après jour dans les coulisses de sa préparation aux Jeux de Londres. A l'arrivée, elle décroche la médaille de bronze.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
Radio France

Mis à jour le
publié le

C'est après un ultime combat contre la Coréenne Da Woon Joung, que Gévrise sort de la salle enveloppée dans le drapeau bleu blanc rouge. La médaille de bronze lui revient. Enfin ! Après un flottement - un doute sur le nombre de combats restants- ses proches, dans les gradins, sa soeur, ses neveux, réalisent enfin ! Hurlement. Sa soeur Marie-Jo à nouveau en larmes. Larmes de joie, de soulagement.

Lundi 25 juin | J-32

A près d'un mois des Jeux de Londres, Gévrise Émane est l'invitée de Bernard Thomasson, sur France Info, en direct de l'Insep entre 12h et 14h. 

Mercredi 20 juin | J-37

Programme d'une journée de stage à Bourges pour l'équipe de France féminine de judo : grasse matinée (après le gueuleton de la veille), footing, puis séance de vitesse avec le préparateur physique Fred Roualen. Démonstration de gévrise, filmée par une de ses partenaires. 

Puis cours de Zumba, par le préparateur physique de l'équipe de judo handisport qui partage ce stage. 

Mardi 19 juin | J-38

Ce n'est pas parce qu'on prépare les Jeux olympiques que l'on ne peut pas s'offrir un gueuleton. 

Dîner au complet avec l'équipe féminine et tout le staff réunis à Bourges, après une journée de judo bien remplie. Au menu, selon les gabarits, steak tartare ou fruits de mer ! Et des fraises en dessert. "C'était trop bon ". Mais demain, footing pour éliminer la chantilly qui allait avec ! 

Lundi 18 juin | J-39

Imaginez-vous le corps prisonnier d'un glaçon entre -110 et -170°C... C'est ce qu'on appelle la cryothérapie, technique radicale de récupération pour les athlètes. Gévrise a pourtant l'air d'apprécier : 

Il existe seulement quatre centres de cryothérapie à Paris et Toulon, mais les sportifs de haut niveau disposent aussi de cryo-mobiles qui se déplacent lors d'entraînements ou suivent certaines compétitions, comme le Tour de France. C'est le cas de CryAntal venu apporter son camion réfrigérant à Bourges.

Gévrise doit profiter de quatre séances cette semaine à -130°C. Durée : 1 à 3 minutes. Objectif : créer un choc thermique qui provoque des effets hormonaux et biochimiques susceptibles d'atténuer les douleurs et les micro-blessures. 

Dimanche 17 juin | J-40

Gévrise Émane, en stage à Bourges, continue sa préparation pour les JO de Londres qui approchent. Un stage marqué par un contrôle antidopage inopiné. Les contrôleurs, qui disposent de l'emploi du temps détaillé de la championne, ont décidé de procéder à un prélèvement. Et il a duré, explique Gévrise Emane dans un sourire :

"Ce n'est pas forcément facile d'aller aux toilettes après une longue séance durant laquelle on a beaucoup transpiré."

Ce n'est pas le meilleur moment à vivre, explique Gévrise Émane mais "à la limite je préfère qu'ils viennent à l'entraînement plutôt que chez moi à 7 heures" comme ils en ont le droit.

Les athlètes doivent en effet fournir un planning très détaillé des lieux où ils se trouvent et des horaires. Les contrôleurs peuvent venir n'importe quand et si le sportif ne se trouve pas à l'endroit où il serait censé être (c'est un " no show "), les conséquences peuvent être dramatiques pour eux... Jusqu'à la suspension au bout de trois absences. Ils doivent donc en permanence remplir leur agenda sur internet afin que les contrôleurs puissent les suivre à la trace.

Mercredi 13 juin | J-44

Perplexité de Gévrise Émane après l'annonce du forfait de Gwladys Épangue, la championne de taekwondo, aux JO pour cause de fracture de vertèbres.

"Je me suis dit 'qui est le prochain ?'"

Ces deux-là sont des "potes ". Et Gévrise reconnaît avoir été désarçonnée par la nouvelle : "Ca fait beaucoup là. Thomas Bouhail (gymnaste, saut), Samir Ait Saïd (gymnaste, saut de cheval et anneaux), Audrey Prieto (lutte)... Je les côtoie tous. Pendant quelques secondes, je me suis dit 'qui est le prochain'. Mais j'ai vite effacé ça de mon esprit ! Je reste concentrée sur mon affaire. "

Son affaire ? Son entraînement, et ses petites blessures. Gévrise s'est récemment fait une entorse à la cheville droite pendant son dernier stage de Turquie à Antalya. Une de plus. Son ligament est distendu à force... Mais pas question de ralentir l'entraînement. La judoka a alterné séances de rééducation -deux par jour- et entraînement, "des semaines de dingue ! ", jusqu'à ne plus souffrir de sa cheville. 

Lundi 11 juin | J-46

Semaine de repos avant le prochain stage à Bourges qui démarre vendredi. Ces stages de préparation se multiplient alors que les Jeux approchent, afin de tester grandeur nature de nouvelles tactiques et de renforcer la cohésion du groupe d'athlètes sélectionnées. 
Bourges sera pour Gévrise "le point de départ du mode svelte !

Dimanche 10 juin | J-47

Week-end à Nîmes en famille, à la ferrade du judo club du Gard organisé chaque année. Pas grand chose à voir cependant avec l'ambiance d'un dojo : lâcher de taureaux, cérémonie du marquage au fer et du "coupage" d'oreille. 

Vendredi 8 juin | J-49

Fin d'une semaine de stage pour les Françaises à l'Insep avec la délégation slovène : "De vraies machines ", selon Gévrise que sa camarade de dojo Anne-Sophie Mondière surnomme pourtant aussi "la machine ". C'est dire !

Jeudi 7 juin | J-50

C'est décidément la saison des photos de classe ! Après les clichés et vidéo de la sélection nationale de judo, à chacun d'exposer ses athlètes olympiques, dont fait partie Gévrise.
Photo par exemple des sélectionnés du Levallois Sporting Club :

Gévrise est aussi la star incontestée des athlètes de haut niveau des Douanes avec lesquelles elle est en contrat. Ca signifie qu'elle n'y travaille pas concrètement mais touche un salaire lui permettant de poursuivre sa carrière de judoka. Cette administration compte en effet dans ses rangs cinq sportifs en route pour Londres, Pierre-Edmond Piasecki en tir, Emmanuel Dyen en voile, Jimmy Vicaut et Ronald Pognon en sprint, et Gévrise. La voilà du coup propulsée en tête du compte facebook equipefrancedouane :

Lundi 4 juin | J-53

La communication est en marche. Et la vidéo des sélectionnées en ligne, avec musique de circonstance... 

Mercredi 30 mai | J-58

L'équipe olympique est désormais au complet (depuis les sélections du 11 mai) et les judokas sont présentés officiellement à la presse, à l'INSEP. Journalistes et sportifs se rencontrent dans le dojo, tout le monde pieds nus sur les tatamis, comme pour un entraînement. Plutôt intensif, d'ailleurs : pour Gévrise, les interviews vont se succéder pendant près de deux heures.

Cela fait presque trois semaines maintenant que les sélections sont tombées. Depuis, les sportifs s'entraînent ensemble, et s'apprivoisent petit à petit, comme une véritable équipe.

Mercredi 23 mai | J-65

"De retour en France après le stage en Turquie, nous avons repris l'entraînement dès samedi matin et les hostilités ont commencé lundi ! Objectif : rentrer dans le vif du sujet vu que l'opposition en Turquie était assez faible. Des cadets du pôle France-Brétigny sont venus renforcer le collectif INSEP lundi. La préparation aux JO est donc montée d'un cran ! Le retour à la réalité fait mal au corps, aie !

En ce qui me concerne, les séances de Kiné sont venues s'ajouter à ma préparation afin que ma petite entorse se dissipe assez rapidement."

Gévrise

Dimanche 20 mai | J-68

De retour de son stage en Turquie. Retour anticipé de quelques jours parce que les combattantes sur place n'étaient pas à la hauteur de la préparation.
Gévrise va poursuivre son entraînement à l'INSEP et s'occuper en particulier de sa légère blessure à la cheville : la rééducation commence dès lundi "pour que le petit bobo ne traîne pas et n'empire pas", confie la championne.

Jeudi 17 mai | J-71

Retour prématuré demain, alors que le stage de préparation était prévu pour durer jusqu'au 22. Pas assez de monde ! "Pas assez d'opposition ", pour Gévrise. Autant s'entraîner à la maison...

Mercredi 16 mai | J-72

Vue du dojo d'Antalya

Lundi 14 mai | J-74

Départ pour Antalya, en Turquie, où toutes les sélectionnées de l'équipe de France de judo ont rendez-vous pour un stage de préparation d'une semaine. Retour le 22 mai. 

Vendredi 11 mai | J-77

Alors que Gévrise était à l'entraînement, les autorités du judo français se sont réunis dans la matinée pour arrêter la liste des 14 sélectionnés pour les Jeux de Londres. Gévrise en est, sans surprise aucune, aux côtés des têtes d'affiche Lucie Décosse et Teddy Riner. En revanche, sa marraine de judo, Frédérique Jossinet, est hors jeux. Reléguée au rang de remplaçante de Laëtitia Payet, de 10 ans sa cadette, dans la catégorie des - 48kg. 

"Gévrise ne sortira pas sans un K-Way s'il pleut"

Pour les sélectionnés en tout cas, la pression est grande. Le directeur technique national Jean-Claude Senaud mise officiellement sur quatre médailles, dont deux d'or. Et dans son for intérieur, petit pari personnel, il croise les doigts pour que ses poulains montent trois fois au moins sur la plus haute marche. Objectif : faire aussi bien que le président actuel de la FFDJ qui fut DTN en son temps. Pour ça, il compte sur Gévrise, "un modèle de professionnalisme ". 

Un modèle ? Le président de la FFDJ n'en doute pas. Mais attention, dit-il, la victoire en judo n'est jamais acquise. On peut échouer pour "un écart de quelques cm ". 

Mercredi 9 mai | J-79

Gévrise est de retour, après une parenthèse marocaine. Quelques jours de repos, loin des tatamis. Mais une athlète peut-elle vraiment se couper du monde ? Que nenni. Les sportifs - a fortiori à l'approche de grosses compétitions- doivent être "localisables " en permanence. Ainsi l'exige la réglementation antidopage.

Gévrise, en tant qu'athlète de haut niveau, sélectionnée pour les JO et précédemment pour les championnats d'Europe, fait partie de ce que l'on appelle un groupe cible. Elle doit donc livrer son planning exact chaque trimestre. Et en cas d'éventuel changement de programme, en informer les instances antidopages la veille avant 17 heures. Pour ça, il existe un formulaire sécurisé en ligne (ADAMS) permettant aux athlètes d'actualiser à distance leur itinéraire. 

"C'est assez contraignant, c'est vrai"

Pas question de se laisser aller. De rester dormir chez des copains à l'improviste, même en congé. L'athlète au repos doit être présent pendant une heure donnée (comprise entre 6h et 21h) à l'adresse indiquée sur le formulaire, quelle qu'elle soit (hôtel, amis, camping...) - Gévrise choisit systématiquement ou presque le créneau 6h-7h. Une absence ou une adresse incomplète sont considérées comme des manquements. Au bout de trois sur une période de 18 mois, le sportif risque une suspension de un à deux ans

Mardi 1er mai | J-87

Départ pour Marrakech. Vacances avant de reprendre l'entraînement le 10 mai à l'Insep. 

Lundi 30 avril | J-88

Non, le judogi, c'est-à-dire le kimono de judo, n'est pas un vêtement comme un autre. Il se porte au cm près !

Voilà ce que stipulent les régles internationales sur la tenue des combattants

Dimanche 29 avril | J-89

Finalement, Gévrise sort des Euros de Chelyabinsk en héroïne de la délégation française. Seule femme médaillée d'or. La France termine néanmoins deuxième derrière la Russie, au classement des médailles. 

Samedi 28 avril | J-90

Au lendemain de sa victoire, Gévrise Émane savoure son plaisir : "celui du travail bien accompli ", dit-elle. "Cela fait vraiment un capital confiance en plus ", "mais il y a encore des choses à travailler, et c'est ce qu'on va faire ces prochains mois ", assure-t-elle.

Vendredi 27 avril | J-91

À 15h30 , la voilà championne d'Europe pour la quatrième fois ! Gévrise Émane a battu en finale l'Israélienne Yarden Gerbi 001 à 000. Mais dans la famille judo, il en faut bien plus pour se réjouir. Martine Dupond, son entraîneur : "Elle a quand même pris une moulinette ! " (comprenez "peut mieux faire") Et Gévrise, en perfectionniste patentée, ne dit pas autre chose. "Mission accomplie, ça met du baume au coeur. Mais il ne faut pas s'emballer. Pour les Jeux, il faudra continuer à travailler ".  

Avant de se remettre à son inlassable turbin, Gévrise va quand même s'octroyer un verre de champagne ce soir. Un seul, car elle combat à nouveau à Chelyabinsk dimanche en équipe. Dans cette configuration néanmoins, le régime est moins corsé. Un footing demain devrait suffire pour garder la ligne requise. En équipe, elle concourt à 65 kg, et non plus 63, comme en indidivuel. 

À 14h30 , Gévrise en finale. Elle a battu Schlesinger et affrontera sa compatriote Yarden Gerbi. 

À 11h 30. Gévrise en demi-finale. La judoka a remporté sa finale de poule contre l'Azerbaïdjanaise Yusubova. Elle va maintenant affronter l'Israélienne Alice Schesinger. En face, une autre française, Clarisse Agbegnenou, contre une autre Israelienne, Yarden Gerbi.

À 10h18 , elle a déjà battu la Suédoise Bernholm et l'Ukrainienne Chepurina. Dans six combats, elle y retourne. 

C'est ce vendredi, à trois mois jour pour jour de l'ouverture des Jeux de Londres, que Gévrise Émane doit remettre en jeu son titre de championne d'Europe à Chelyabinsk, en Sibérie. 

Pour suivre l'épreuve en direct, une infographie interactive et/ou le compte Twitter

Avant le 27 avril

Rappel des épisodes précédents : une convalescence, un tournoi en Pologne -remporté haut la main-, de l'entraînement acharné, des pesées, et des pesées, et des pesées...