JO 2012 : comment Londres a géré le surcoût

Les budgets pour organiser les Jeux olympiques font polémiques. Généralement, ils explosent : multiplié par 10 à Pékin, par trois à Londres. Une équipe de France 2 s'est penchée sur la gestion de la capitale anglaise en 2012.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un stade flambant neuf, un village olympique sorti de terre, tout un quartier ressuscité pour les JO 2012, Londres avait quasiment construit toutes ses infrastructures, et pour cela, elle avait explosé le budget. De trois milliards d'euros, l'addition est passée à 9,5 milliards, une facture multipliée par trois. Car la TVA avait été oubliée et surtout le coût de la sécurité n'avait pas été pris en compte.

Rien n'a été laissé à l'abandon

Mais cinq ans plus tard, Londres n'a pas de regrets sur ses investissements, car aucune infrastructure n'a été laissée à l'abandon. Dès le départ, tout avait été conçu pour être exploité après. "Toutes les infrastructures que nous avons gardées après les JO ont été transformées pour l'usage de la communauté. Certaines installations ont été détruites, mais c'était prévu", explique à France 2 Peter Tudor, de la "London legagy agency" qui gère l'héritage des Jeux olympiques. L'ancien village des athlètes a, lui, été reconverti en logements, et la tour emblématique des JO en attraction touristique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes posent devant des anneaux olympiques géants sur l\'esplanade du Trocadéro, près de la Tour Eiffel, le 13 septembre 2017 à Paris. 
Des personnes posent devant des anneaux olympiques géants sur l'esplanade du Trocadéro, près de la Tour Eiffel, le 13 septembre 2017 à Paris.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)