"Un coût mais aussi une énorme chance" : la maire d'Albertville ne regrette pas d'avoir accueilli les Jeux olympiques en 1992

Martine Berthet, maire d'Albertville (Savoie) où se sont tenus les Jeux olympiques d'hiver de 1992, a réagi à l'attribution des JO 2024 à Paris. Selon elle, l'événement représente une opportunité pour le territoire malgré son coût. 

L\'esplanade du Tocradero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre, 2017.
L'esplanade du Tocradero, près de la Tour Eiffel, à Paris, le 14 septembre, 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le Comité international olympique a officialisé, mercredi, l'attribution des Jeux olympiques de 2024 à Paris. Martine Berthet, maire LR d'Albertville (Savoie), où se sont tenus les Jeux olympiques d'hiver de 1992, a évalué jeudi 14 septembre sur franceinfo les apports et les coûts engendrés par l'organisation d'un tel événement. 

franceinfo : Que reste-t-il aujourd'hui des JO à Albertville ?

Martine Berthet : À Albertville-même, il reste la halle olympique, qui a été rénovée et agrandie très récemment. C'est une installation qui fonctionne très bien sur le plan sportif, économique et culturel. Nous avons notre théâtre, l'un des plus beaux théâtres modernes de France, qui est aussi en très bon état. Mais il y a aussi les installations qui sont restées dans les stations, telles que les tremplins de saut à ski à Courchevel ou la piste de bobsleigh à La Plagne.

Ces installations coûtent cher à entretenir…

Elles coûtent cher à entretenir, mais nous avons rationalisé du mieux possible avec le tourisme, par exemple, dans les stations. Il y a quand même des recettes, des utilisations. C'est un coût pour le territoire, mais c'est aussi une énorme chance.

Y a-t-il encore des déficits de fonctionnement ?

Dire le contraire serait faux. Il y a encore, par exemple, sur la patinoire d'Albertville, des déficits de fonctionnement, mais comme tout équipement public, le plus souvent. Comme une piscine, par exemple.

Pourquoi continuer, du coup, à les entretenir ?

Ce sont des installations qui servent à tous les publics : aux scolaires, aux familles, aux jeunes… Il y a énormément d'associations sportives à Albertville. Il y a aussi tout ce réseau de bénévoles qui s'est créé, qui existe toujours et qui nous permet d'accueillir de très gros évènements, comme les championnats du monde de handball en janvier dernier. Ça vaut encore le coup aujourd'hui, d'autant plus à Albertville et pour toutes nos stations de montagne qui sont maintenant parmi les plus belles du monde. Elles ont acquis une notoriété internationale, ce qui nous permet d'avoir un tourisme bien développé donc beaucoup d'activité économique localement, avec des entreprises qui viennent s'installer ou qui se sont créées ici. Nous avons également bénéficié de nombreuses infrastructures liées aux Jeux : la construction de l'hôpital, d'une nouvelle gare SNCF, du TGV qui est venu jusqu'à Bourg-Saint-Maurice, de la fibre optique...Nous aurions mis beaucoup plus longtemps à mettre en place ces équipements sans les JO.