Paris 2024 : la polémique sur le coût du déplacement de la délégation parisienne à Lima en quatre actes

Le voyage de la délégation parisienne au Pérou pour la cérémonie de désignation a coûté 1,5 million d'euros, selon Mediapart. Mais cette somme comprenait d'autres frais et Tony Estanguet, qui copréside le GIP Paris 2024, se justifie. 

Retour victorieux de Lima pour la délégation française autour de Tony Estanguet et Anne Hidalgo, après l\'annonce de la désignation de Paris comme ville-hôte des JO 2024.
Retour victorieux de Lima pour la délégation française autour de Tony Estanguet et Anne Hidalgo, après l'annonce de la désignation de Paris comme ville-hôte des JO 2024. (PHILIPPE MILLEREAU / DPPI MEDIA)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La joie aura été de courte durée. Après l'annonce de la victoire de Paris pour l'organisation des Jeux olympiques 2024, le 13 septembre à Lima, l'addition est tombée. Les préparatifs et le voyage au Pérou ont coûté 1,5 million d'euros, selon Mediapart, mardi 26 septembre. Mais selon les informations de RMC, ce bilan est à relativiser. Jeudi, Tony Estanguet se justifie dans Le Parisien. Franceinfo revient sur la polémique en quatre actes.

Acte 1. La délégation parisienne se déplace à Lima 

Les organisateurs et les partenaires de Paris 2024 se rendent, à Lima, au Pérou pour assister à la cérémonie, le 13 septembre. Sans grand suspense, car Paris est seul en lice. Sans surprise, la désignation de Paris comme ville-hôte des JO 2024 est annoncée, ainsi que celle de Los Angeles pour 2028.

Mediapart raconte dans le détail le déroulé des trajets. "Une première partie de l’équipe a gagné la capitale péruvienne le 8 septembre par un vol régulier d’Air France. Bientôt rejointe le 11 septembre par le gros des troupes, confortablement installées dans un Boeing Air France spécialement dédié, d’une capacité d’environ 300 places. Tous sont rentrés ensemble, dans la nuit du 14 au 15 septembre, au lendemain de l’attribution des JO et d’une soirée endiablée, à bord du même appareil aux couleurs des Jeux."

Acte 2. Mediapart révèle que le voyage a coûté 1,5 million d'euros

Mardi 26 septembre, Mediapart publie une enquête qui met en avant un coût de 1,5 million d'euros, assumé par le Groupement d'intérêt public (GIP) Paris 2024, financé à moitié par des fonds publics. Au total, "entre 250 et 320 personnes" de la délégation parisienne ont fait le déplacement, évalue le site. "Le coût moyen par personne serait donc de 4 687 euros". Mais lors de la cérémonie, seulement 60 personnes étaient accréditées par le CIO. D'autres, y compris l'ancien secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard, ont regardé la cérémonie à la télévision, depuis leur hôtel de Lima.

Les membres de la délégation ont été logés dans un Swissôtel, un établissement 5 étoiles. Le soir de la cérémonie, la célébration a eu lieu dans l'un des meilleurs restaurants du pays, le Astrid y Gaston. Mediapart évoque un menu gastronomique au prix de 100 euros. Mais il s'agissait en fait, selon RMC, d'un apéritif dînatoire.

Acte 3. RMC pondère le coût du déplacement

Le 27 septembre, RMC Sport annonce que le montant avancé par Mediapart est correct, ce que ne nie pas non plus le GIP Paris 2024. Mais les 1,5 million d'euros comprennent aussi d'autres éléments. Par exemple, le coût des retouches liées aux films présentés au CIO ou les dépenses pour les répétitions de la présentation sur place.

Par ailleurs, selon la radio, environ 250 personnes ont payé leur séjour à Lima de leur poche, via des packages proposés par une agence indépendante, au prix de 2 600 euros par personne. RMC rappelle enfin que le budget initial de la candidature de Paris 2024 (qui est à dissocier du budget global des JO) est de 60 million d'euros, et que 4 millions n'ont pas encore été dépensés.

Acte 4. Le comité organisateur se justifie

Le comité organisateur confirme avoir proposé des packs à certains de leurs partenaires : "A la demande de nombreux partenaires et membres fondateurs de la candidature, le Comité a proposé un programme d’hospitalité à la charge de ses participants." Ces formules comprenaient "les contenus, la présentation, les répétitions, les transports, la logistique/opérations, l’hébergement, les visites de repérages, la soirée de remerciements à Lima, etc."

Tony Estanguet, qui copréside le GIP Paris 2024, se justifie dans Le Parisien jeudi 28 septembre. "Contractuellement, on se devait d'emmener tous nos partenaires qui ont mis de l'argent dans cette candidature, tous nos membres fondateurs."

Le champion olympique reconnaît que le montant est important.

1,5 million d'euros, c'est beaucoup d'argent, mais cette polémique est injuste. Je suis très à l'aise avec la gestion de Lima. Tout a été appréhendé avec l'objectif d'être le plus rigoureux possible.

Tony Estanguet

au Parisien

Pour autant, il tient à justifier la bonne foi de la démarche de Paris 2024 : "Pour moins dépenser à Lima, on a réservé les chambres d’hôtel et les billets d’avion en amont. Réserver un avion revenait aussi à moins cher que des billets individuels."