JO 2024 : soupçonné de corruption, Frankie Fredericks démissionne de la présidence de la commission d'évaluation des Jeux

L'ancien athlète est accusé d'avoir touché des pots-de-vin en 2009, au moment de l'attribution des Jeux à Londres.

L\'ancien athlète Frankie Fredericks, à Londres, le 29 juillet 2012.
L'ancien athlète Frankie Fredericks, à Londres, le 29 juillet 2012. (FINDLAY KEMBER / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Frankie Fredericks ne viendra pas examiner, dans deux mois, les candidatures de Los Angeles et Paris, en vue des Jeux olympiques 2024. L'ancienne star du sprint mondial a démissionné, mardi 7 mars, de son poste de président de la Commission d’évaluation du CIO. "Je démissionne (...) car il est essentiel que le travail important fait par mes collègues soit considéré comme mené de façon juste et impartiale", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Le Namibien est accusé d'avoir touché des pots-de-vin en 2009, au moment de l'attribution des Jeux à Londres. Le Monde révélait, samedi 4 mars, qu'il aurait reçu un versement de 299 300 dollars.

Cet argent "n'a rien à voir avec les Jeux olympiques"

L'ancien champion du monde du 200 m s'est défendu en assurant que ce versement a été réalisé "conformément à un contrat daté du 11 mars 2007", "pour services rendus entre 2007 et 2011", et que le paiement "n'a rien à voir avec les Jeux olympiques".

Frankie Fredericks précise qu'il ne participera donc pas au vote qui désignera la ville hôte des Jeux 2024, en septembre prochain à Lima (Pérou). Le Comité international olympique a déjà choisi son successeur : il s'agit du Suisse Patrick Baumann, 49 ans, membre du CIO depuis 2007 et secrétaire général de la Fédération internationale de basket-ball (Fiba).