JO 2024 : Bernard Pivot pense que le slogan en anglais de Paris est "une ânerie"

"Made for sharing." Telle est la formule adoptée pour vanter les mérites de Paris, candidate à l'organisation des Jeux olympiques en 2024. Le président de l'académie Goncourt en reste pantois.

Bernard Pivot lors d\'une réunion à Valence (Drôme), le 13 janvier 2017. 
Bernard Pivot lors d'une réunion à Valence (Drôme), le 13 janvier 2017.  (CHRISTOPHE ESTASSY / CITIZENSIDE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je trouve que ce slogan est une faute, une ânerie, une erreur." Visiblement, Bernard Pivot n'a guère apprécié la formule retenue pour vanter la candidature de Paris auprès du Comité international olympique : "Made for sharing." Au micro de RTL, vendredi 17 février, le président de l'académie Goncourt s'est élevé contre le choix d'une phrase anglaise, qu'il juge peu adaptée.

C'est une faute contre la langue française qui est une langue olympique, c'est une ânerie parce que même dans la langue de Shakespeare, ce slogan est d'une grande platitude.

Bernard Pivot

RTL

"Dans leur arrogance les pays anglophones vont trouver normal que les Français s'expriment en anglais, poursuit Bernard Pivot, alors que les pays francophones vont s'indigner que Paris, capitale de la francophonie, fasse la courbette devant la langue qui n'est pas seulement celle de Shakespeare mais celle de Donald Trump".

Réactions indignées de l'Académie française

Non sans humour, le président de l'académie Goncourt rappelle, au passage, que le français est la langue olympique (avec l'anglais, toutefois). "Quand il a appris que Paris a choisi un slogan de langue anglaise, le baron Pierre de Coubertin ne s'est pas simplement retourné dans sa tombe. Poussé par l'indignation, il a fait un triple salto."

Avant Bernard Pivot, l'Académie française a également dénoncé cette formule anglaise, soulignant que le slogan avait déjà été utilisé dans des publicités au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, notamment pour la marque Burger King. Et selon RTL, trois associations de défense de la langue française ont l'intention de porter l'affaire devant les tribunaux.

>> JO 2024 : l'Académie française peste contre le slogan en anglais de Paris, emprunté à une marque de burgers

Difficile, désormais, de retirer le slogan. Le président du Goncourt propose qu'une seconde formule soit inventée, celle-ci en français, et qu'elle soit adoptée en cas de victoire de Paris à l'organisation des Jeux olympiques de 2024. Quand on lui répond qu'elle existe déjà – il s'agit de "Venez partager" –, Bernard Pivot se contente de rire, interloqué. "Vous parlez d'une invention !"