Jeux olympiques de Paris 2024 : combien cela va-t-il coûter ?

La ville de Paris est désormais seule candidate en lice pour organiser les Jeux olympiques de 2024. Le journaliste Jean-Christophe Batteria revient sur le financement d'un tel événement et le budget prévisionnel présenté au Comité international olympique.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Combien cela va-t-il coûter ? Alors que la ville de Paris est désormais seule candidate pour l’organisation des Jeux olympiques en 2024, la question du budget se pose. Le journaliste Jean-Christophe Batteria apporte quelques éléments quant aux dépenses prévisionnelles : "6,6 milliards d'euros, c'est le budget que Paris a présenté au Comité international olympique. C'est beaucoup moins ce qu'ont dépensé, par exemple Pékin en 2008 (32 milliards d'euros) ou Londres en 2012 (10,9 milliards d'euros)".

Un budget qui pourrait augmenter

Cette enveloppe de 6,6 milliards d'euros couvre deux types de dépenses, précise le journaliste. "D'abord, 3,6 milliards d'euros pour les frais d'organisation (venues des athlètes, hébergement, transports, installations temporaires...).Cette partie est financée par le Comité international des jeux (marketing, droits tv, billetterie) et ne bénéficie pas de subventions publiques. En revanche, l'autre partie du budget, 3 milliards d'euros consacrés aux infrastructures qui resteront après les jeux (centre nautique, logements, transport pour les handicapés), pourra compter sur l'État, les collectivités locales et les acteurs privés".

Le journaliste conclut en ajoutant : "c'est là que la facture pourrait s'alourdir : Londres avait dû revoir son système de transport, Pékin a pratiquement reconstruit son aéroport. Mais Paris devrait pouvoir éviter cet écueil : les investissements du transport du Grand Paris ont été prévus avant le dossier des JO".

Le JT
Les autres sujets du JT
La tour Eiffel aux couleurs des JO 2024, le 31 juillet 2017.
La tour Eiffel aux couleurs des JO 2024, le 31 juillet 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)