INFO FRANCEINFO. Isabelle Lamour dépose un recours pour faire annuler la réélection de Denis Masseglia à la tête du CNOSF

La présidente de la fédération d'escrime, Isabelle Lamour, va déposer un recours pour faire annuler la réélection de Denis Masseglia à la présidence du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Selon elle, le président sortant aurait été favorisé. 

Isabelle Lamour, présidente de la fédération d\'escrime, le 25 avril 2017.
Isabelle Lamour, présidente de la fédération d'escrime, le 25 avril 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)
avatar
franceinfoFabrice RigobertRadio France

Mis à jour le
publié le

La présidente de la fédération d'escrime, Isabelle Lamour, candidate malheureuse à la présidence du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), va déposer jeudi 5 octobre un recours pour faire annuler l'élection de Denis Masseglia devant le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris, révèle franceinfo. Selon Isabelle Lamour, il y a eu pendant la campagne une inégalité de traitement visant à favoriser le président sortant.

Le 11 mai 2017, le président sortant Denis Masseglia l'avait emporté par 556 voix, contre 385 à Isabelle Lamour et 54 pour David Douillet. Au micro de franceinfo, Isabelle Lamour estime qu'il y a eu "inégalité de traitement entre les candidats" en faveur du président sortant pendant la campagne, et annonce qu'elle va déposer un recours jeudi.

Isabelle Lamour : Il y a eu "inégalité de traitement entre les candidats"
--'--
--'--

"On dit que le mouvement sportif porte des valeurs"

"Denis Masseglia a eu plus d'occasions de pouvoir s'exprimer publiquement, et de faire état de son bilan et de son projet", assure-t-elle. Isabelle Lamour demande à la justice la nomination d'un administrateur et de nouvelles élections.

La présidente de la fédération d'escrime émet une série de doutes. Denis Masseglia a-t-il profité des moyens du CNOSF et de son statut durant la campagne pour favoriser sa réélection ? A-t-il permis opportunément aux fédérations non-olympiques, disposant d'un droit de vote, de bénéficier d'un prêt de voiture gratuit via le nouvel équipementier du comité olympique ? Tous les statuts ont-ils été respectés lors de la campagne et lors de l'élection du 11 mai ? Le vote électronique a-t-il été fiable ?

"On dit que le mouvement sportif porte des valeurs", rappelle Isabelle Lamour. "Aujourd'hui, ce que je souhaite, c'est que le mouvement sportif soit fier des valeurs qu'il est supposé porter et que ce pays et son mouvement sportif soient dignes d'accueillir les Jeux. C'est ce qui m'anime dans ma démarche" précise t-elle.

Un traitement qui aurait été inégal 

"On a eu l'impression d'une certaine pression sur les responsables des fédérations", confirme l'avocat d'Isabelle Lamour, Didier Supplisson, soulignant que des partenariats avec l'équipementier automobile "ont été étendus de manière large alors que ce n'était pas ce qui avait été prévu par le conseil d'administration."

Didier Supplisson : "On a eu l'impression d'une certaine pression sur les responsables des fédérations"
--'--
--'--

L'avocat évoque l'intervention préalable de Denis Masseglia lors de l'assemblée générale ordinaire précédant l'élection "qui a donné une tribune au président sortant de promotion de ses réalisations et de ses projets" alors que les autres candidats en étaient dépourvus.

Isabelle Lamour attend des réponses à ses questions, sans esprit de revanche. Elle souhaite boucler définitivement cette élection qu'elle pensait remporter. De son côté, Denis Masseglia, ne souhaite faire aucun commentaire et dit ne porter aucun jugement.