Jeux olympiques de Rio 2016 : le président du Comité olympique brésilien arrêté pour corruption

Carlos Nuzman est soupçonné d'avoir acheté des voix pour que le Brésil obtienne les JO de 2016.

Le président du comité olympique brésilien, Carlos Nuzman, escorté par la police fédérale, à Rio de Janeiro, le 5 octobre 2017.
Le président du comité olympique brésilien, Carlos Nuzman, escorté par la police fédérale, à Rio de Janeiro, le 5 octobre 2017. (MAURO PIMENTEL / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Carlos Nuzman, le président du Comité olympique brésilien et du comité d'organisation des Jeux de Rio, soupçonné d'avoir participé à un réseau international d'achats de voix pour obtenir les JO de 2016, a été arrêté jeudi 5 octobre au Brésil, a annoncé la police brésilienne. Il est accusé des délits de "corruption, blanchiment d'argent et participation à une organisation criminelle", selon le communiqué publié par la police. Une vingtaine de policiers ont procédé, aux premières heures de la matinée, à Rio, à l'interpellation du dirigeant ainsi qu'à l'arrestation du directeur général des opérations du comité d'organisation des JO, Leonardo Gryner.

"L'élément central" du réseau

Le 5 septembre, Carlos Nuzman a été interrogé durant plusieurs heures par la police fédérale qui le soupçonne d'avoir été "l'élément central" d'un réseau présumé de corruption ayant permis à la ville d'obtenir les Jeux olympiques. La résidence de Nuzman, située dans le quartier chic de Leblon, a été perquisitionnée, de même que le siège du Comité olympique brésilien et de nombreuses entreprises cariocas. Son passeport lui a été confisqué. A cette opération participait des représentants français de la police et de la justice, dont le célèbre juge anti-corruption Renaud Van Ruymbeke.

Simultanément, les autorités françaises ont passé au crible le domicile d'un intermédiaire brésilien installé en France, dans le cadre d'une enquête ouverte en 2015 dans l'Hexagone sur les soupçons de corruption dans l'attribution des Jeux de Rio 2016 et de Tokyo 2020. La justice brésilienne soupçonne l'ex-gouverneur de Rio, Sergio Cabral, qui purge une peine de quatorze ans de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent, d'avoir été le cerveau de cette opération. Celle-ci aurait eu pour objet le versement de pots de vin pour un montant de deux millions de dollars au Sénégalais Papa Massata Diack, fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme et ex-membre du CIO, Lamine Diack.