Vous êtes hyperactif, peu branché par des siestes devant les magnifiques vues d'hélicoptère du Tour de France, mais vous voulez quand même suivre la course ? Un peu comme le Guide du Routard vous permet de visiter le British Museum en une heure au lieu de cinq, FTVi vous a concocté un guide pour recueillir la substantifique moelle du Tour de France entre le 30 juin et le 22 juillet. 

Samedi 30 juin : le prologue, Liège-Liège
Un prologue, ça commence à 14 heures et ça finit vers 19 heures. Les coureurs doivent effectuer une distance symbolique (cette année 6,4 km) en contre-la-montre histoire de donner de l'intérêt à la première semaine. Cette année, on part de Liège (Belgique) pour revenir à Liège... comme en 2004. Un petit côté de déjà-vu. 
Quand allumer la télé : pas avant 17 h 00 pour voir les quelques favoris rescapés des blessures et des suspensions (Evans, Wiggins...).

Dimanche 1er juillet : 1re étape, Liège-Seraing
Une première étape belge qui voit les coureurs revenir pratiquement de là où ils sont partis. Hormis un ravitaillement sur la côte de la "Baraque de Fraiture" (ça ne s'invente pas) et le laxisme des Pont et Chaussées wallons, pas grand-chose à signaler tant l'étape semble promise aux sprinters.
Quand allumer la télé : ne l'allumez pas, c'est l'invincible sprinteur anglais Mark Cavendish qui va gagner.

Lundi 2 juillet : 2e étape, Visé-Tournai
On n'appelle pas la Belgique "le plat pays" pour rien. L'étape s'annonce linéaire et la deuxième victoire d'étape de Cavendish ne fait aucun doute.
Quand allumer la télé : pas aujourd'hui, vous pouvez aller gambader dans les bois. 

Mardi 3 juillet : 3e étape, Orchies-Boulogne-sur-Mer
Certes, l'arrière-pays du Pas-de-Calais ne vaut pas les Alpes, mais l'étape s'annonce suffisamment accidentée pour que la victoire échappe aux sprinters. Typiquement le genre de journée où deux Français vont s'échapper avec un Norvégien, type Boasson- Hagen, qui va les griller sur le fil dans le dernier kilomètre tout en montée.
Quand allumer la télé : vers 16 h 45 pour ne pas rater les trois derniers cols (certes, de 4e catégorie, mais les premiers significatifs de l'épreuve).

Mercredi 4 juillet : 4e étape, Abbeville-Rouen
Du plat, du plat, toujours du plat mais en bord de mer pour une grosse moitié du parcours. On ignore si François Hollande, régional de l'étape (il est né à Rouen) honorera de sa présence le Tour, comme l'ont fait pratiquement tous ses prédécesseurs. Sinon, il aura une étape dont l'arrivée est à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) pour se rattraper.

François Hollande salue la foule devant le maillot jaune Thomas Voeckler, lors de la 14e étape du Tour de France, entre Saint-Gaudens et le plateau de Beille, le 16 juillet 2011. 
François Hollande salue la foule devant le maillot jaune Thomas Voeckler, lors de la 14e étape du Tour de France, entre Saint-Gaudens et le plateau de Beille, le 16 juillet 2011.  (JOEL SAGET / AFP)

Quand allumer la télé : si vous êtes amateur de beaux paysages, dès le début de la course, vers 12 h 30. Sinon, vous pouvez emmener les enfants au poney, Cavendish va l'emporter.

Jeudi 5 juillet : 5e étape, Rouen-Saint-Quentin
Les sprinteurs effrayés par la montagne auront l'occasion de lever les bras près des Champs-Elysées. Si, les Champs-Elysées existent aussi à Saint-Quentin
Quand allumer la télé : vous pouvez passer votre tour ce jour-là. La platitude de l'étape n'a d'égale que la certitude de sa conclusion, au sprint. 

Vendredi 6 juillet : 6e étape, Epernay-Metz
Le profil de l'étape : _______________
Quand allumer la télé : lors de l'arrivée (au sprint), qui sera jugée près du Centre Pompidou, donc vers 17 heures, pendant 2 minutes.

Samedi 7 juillet : 7e étape, Tomblaine-La Planche des Belles Filles
Attention, étape trompeuse : la Planche qui tient lieu d'arrivée est une côte de première catégorie. Le nom de l'endroit remonte, selon la légende, à un exode de la population fuyant de cruels mercenaires suédois au XVIIe siècle. A moins que ce ne soient des fées. Sur le papier, tout semble réuni pour des attaques de grimpeurs et une explication entre favoris. Dans les faits, bien souvent, les étapes difficiles qui arrivent trop tôt sont neutralisées par les favoris qui remettent l'explication à plus tard.
Quand allumer sa télé : vers 16 h 30, histoire de ne pas rester de bois devant la Planche.

Dimanche 8 juillet : 8e étape, Belfort-Porrentruy
Une étape de moyenne montagne qui remporte haut la main le titre d'"étape aux noms qui font peur" de ce Tour 2012. Au "Passage de la Douleur" succédera le "Col de la Croix" en passant par "la Côte de Saignel(i)éger". 
Quand allumer la télé : dès 13 heures, car c'est le genre d'étape imprévisible où tout peut se jouer... mais il peut aussi ne rien se passer. Comme ça tombe un dimanche, ça serait bête de manquer l'étape de l'année.

Lundi 9 juillet : 9e étape, Arc-et-Senans - Besançon (contre-la-montre)
Il y a trois types de favoris pour le Tour de France : les grimpeurs handicapés du contre-la-montre, les rouleurs handicapés de la montagne, et les polyvalents. Un contre-la-montre peut être décisif pour faire le tri, mais celui-ci, tout plat, arrive un peu tôt. Et en plus, les deux immenses favoris, Bradley Wiggins et Cadel Evans, sont très forts dans cet exercice.
Quand allumer la télé : à 16 h 30, pour profiter du passage du maillot jaune dans les superbes paysages de la région de Besançon.

Mercredi 11 juillet : 10e étape, Mâcon - Bellegarde-sur-Valserine
La première étape de montagne s'annonce prometteuse avec l'ascension du col du Grand Colombier, 17 km de souffrance pour beaucoup, de plaisir pour vous.
Quand allumer la télé : autour de 15 h 30, au début de l'ascension du col. 

Jeudi 12 juillet : 11e étape, Albertville-La Toussuire
La première grande étape de montagne avec des cols hors catégorie comme s'il en pleuvait. Comment cracher sur le col du Mollard, le col de la Madeleine, le col de la Croix de Fer, autant de noms qui résonnent agréablement à l'oreille des amateurs du Tour ? On y passe tous les ans et tous les ans il s'y passe quelque chose. 
Quand allumer la télé : de 13 heures à 18 heures. Autrement dit, ce jour-là, prenez une RTT. 

Un spectateur lors du passage du Tour de France, le 12 juillet 2011. 
Un spectateur lors du passage du Tour de France, le 12 juillet 2011.  (© PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS / X00234)

Vendredi 13 juillet : 12e étape, Saint-Jean de Maurienne-Annonay Davézieux
Le genre d'étape frustrante par excellence : deux cols de première catégorie d'entrée... et puis plus grand-chose. Ça sent l'échappée d'un Français qui peut aller au bout. 
Quand allumer la télé : pas aujourd'hui. Profitez-en pour faire acte de présence au bureau.

Samedi 14 juillet : 13e étape, Saint-Paul-Trois-Châteaux - Cap d'Agde
Cette étape tombe le 14 juillet, et comme chaque année, les Français vont essayer de la gagner. Le parcours paraît un peu trop facile pour que les sprinters fassent une croix dessus. Le téléspectateur pourra survivre sans. 
Quand allumer la télé : une autre fois. Quitte à voir un défilé, autant regarder les militaires le matin, non ?

Le peloton du Tour de France lors de la 13e étape de l'édition 2010, entre Rodez et Revel, le 17 juillet 2010.
Le peloton du Tour de France lors de la 13e étape de l'édition 2010, entre Rodez et Revel, le 17 juillet 2010. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Dimanche 15 juillet : 14e étape, Limoux-Foix
Le début des Pyrénées avec deux cols de première catégorie, dont un qui se termine avec une pente à 18%. Une partie du peloton finira à pied. Mais sans doute pas de bagarre sanglante entre les favoris à cause de la trop grande distance entre le dernier col et l'arrivée (40 kilomètres). Une étape apéritive, quoi.
Quand allumer la télé : autour de 15 heures, pour profiter des cols.

Lundi 16 juillet : 15e étape, Samatan-Pau
Une étape assez plate avec des petits cols, histoire de fatiguer un peu les sprinters, qui seront sans doute là à l'arrivée. 
Quand allumer la télé : pas aujourd'hui, surtout s'il fait beau dehors.

Mercredi 18 juillet : 16e étape, Pau - Bagnères-de-Luchon
Chaque année, on a droit à cette étape, ou presque. Et chaque année, ça vaut le détour. Le Tourmalet, l'Aspin, l'Aubisque et le col du Peyresourde, c'est le quatuor magique du grimpeur, le calvaire du gruppetto. Bref, du dégât à l'avant comme à l'arrière du peloton. 
Quand allumer la télé : de 12 heures à 17 heures. Cette étape tombant bêtement un mercredi, il va falloir prétexter une vilaine grippe pour ne rien rater.

Jeudi 19 juillet : 17e étape, Bagnères-de-Luchon - Peyragudes
Profil de l'étape : ΛΛΛΛΛΛΛ
Quand allumer la télé : de 13 heures à 17 heures. Décidément, cette vilaine grippe se prolonge, ça ne serait pas prudent de reprendre le travail tout de suite.

Vendredi 20 juillet : 18e étape, Blagnac - Brive-La-Gaillarde
Si François Hollande n'y pointe pas le bout de son nez, cette étape risque d'être un peu longuette. Les favoris vont reprendre des forces sur ce parcours peu accidenté, les baroudeurs vont tenter des échappées et les sprinters vont essayer de cadenasser la course. 
Quand allumer la télé : pas aujourd'hui.

Samedi 21 juillet : 19e étape, Bonneval-Chartres (contre-la-montre)
C'est le contre-la-montre décisif, celui qui décidera de l'attribution du maillot jaune. Ce qui veut aussi dire que les coups de pédales des 150 rescapés qui n'ont plus rien à jouer ne présentent pas un intérêt démentiel. 
Quand allumer la télé : autour de 16 h 15, pour suivre la performance des dix premiers du classement général. 

Dimanche 22 juillet : 20e et dernière étape, Rambouillet-Paris (Champs-Elysées)
Une étape si plate que même en Vélib' vous arriveriez à la faire. Le scénario est déjà écrit d'avance : le peloton va adopter un train de sénateur ; le maillot jaune va poser avec une coupe de champagne pour la postérité, et les choses vont se décanter sur le grand manège des Champs-Elysées. 
Quand allumer la télé : vers 16 heures, lors du premier passage sur les Champs (si les coureurs respectent l'horaire indicatif, ce qui est rarement le cas).

Lundi 23 juillet : rien
Vous pouvez reprendre une activité normale : vous avez une petite semaine pour vous préparer aux Jeux olympiques...