Samir Nasri : "La France a beaucoup changé et je n'aime pas ça"

Dans un entretien avec le "Telegraph", le joueur français critique vivement la France et estime qu'il est de plus en plus difficile d'y être musulman.

Samir Nasri, le 5 avril 2014, sur la pelouse de son club, Manchester City.
Samir Nasri, le 5 avril 2014, sur la pelouse de son club, Manchester City. (LINDSEY PARNABY / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Samir Nasri n'aime pas le chemin que prend la France et il l'a dit au Telegraph. Dans un article publié vendredi 25 avril, le joueur de foot de 26 ans dénonce la montée du racisme contre les musulmans. Pour lui, "la France a changé et je n'aime pas ça".

Le joueur de Manchester City rappelle qu'il vient de Marseille, qui "a une très grande communauté musulmane", de par sa proximité avec le Maghreb. D'ailleurs, ses grands-parents venaient d'Algérie. Mais il trouve qu'"aujourd'hui, il est plus difficile en France (d'être musulman). Depuis trois ou quatre ans, les gens qui viennent de la communauté (musulmane) trouvent qu'ils ne sont pas traités comme ils le mériteraient". Il évoque notamment la montée de "l'extrême-droite" et du Front national de Marine Le Pen. "Ces Français là se retournent contre les musulmans. C'est un peu effrayant. Il y a 10-15 ans, ce n'était pas comme ça. Je n'aime pas la mentalité d'aujourd'hui en France".

Les gens pensent que les joueurs sont arrogants

Il poursuit : "En France, si vous êtes un joueur de football, votre image est vraiment mauvaise. Sur le plan économique, il y a une crise en France. Les gens en France en général pensent que tous les joueurs gagnent trop d'argent, qu'ils ne sont pas polis, qu'ils sont arrogants. Ce n'est pas une bonne chose. Si vous êtes d'une communauté (musulmane), c'est encore pire". Pour lui, "la France a beaucoup changé. Je n'aime pas ça. J'aime l'Angleterre. J'aime Londres. C'est formidable pour moi d'être là. C'est là que je vois mon avenir."

Samir Nasri évoque d'autre sujets, dont son éventuelle participation à la Coupe du monde au Brésil. Il juge qu'il n'a que 30% de chances d'y participer. "Je serais vraiment triste si je ne vais pas à la Coupe du monde", confesse-t-il. Expliquant vouloir être "le meilleur", il ajoute : "si vous voulez être le meilleur, vous devez jouer la Coupe du monde, vous devez gagner la Coupe du monde. Mes modèles ont été Maradona, Ronaldo, Zidane. Ils ont tous gagné la Coupe du monde".