Qualifications pour la Coupe du monde : la France déroule face aux Pays-Bas (4-0)

L'équipe de France de football s'est imposée sans difficulté au Stade de France, face à une bien terne équipe des Pays-Bas

Thomas Lemar célèbre son but marqué face aux Pays-Bas, le 31 août 2017 au Stade de France.
Thomas Lemar célèbre son but marqué face aux Pays-Bas, le 31 août 2017 au Stade de France. (FRANCK FIFE / AFP)
avatar
Pierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Bleus prennent une sérieuse option pour la qualification au Mondial 2018. L'équipe de France de football s'est imposée sans difficulté (4-0), jeudi 31 août au Stade de France, face à une bien terne équipe des Pays-Bas. C'est Antoine Griezmann qui a ouvert le score dès la 14e minute. Il a fallu attendre la 73e minute pour que le Monégasque Thomas Lemar double le score d'une superbe frappe. La France a ensuite déroulé : un deuxième but de Lemar, puis un but de Mbappé dans les arrêts de jeu ont parachevé la victoire de la France.


Avec cette victoire, conjuguée dans le même temps à la défaite de la Suède en Bulgarie (3-2), la France prend seule les commandes de son groupe d'éliminatoires avec 16 points, devant la Suède (13 points) et la Bulgarie (12 points), avant de jouer son match contre le Luxembourg, dimanche soir à Toulouse. Que retenir de cette rencontre ?

Une richesse offensive formidable

Les Français ont réalisé un match plein, qu'on peut résumer en chiffres. 17 tirs à 1, 61% de possession de balle, presque deux fois plus de passes réussies que les Pays-Bas... Le quintet offensive Pogba - Lemar - Coman - Griezmann - Giroud a semé la terreur dans la juvénile défense néerlandaise 90 minutes durant. Le plan néerlandais était de bloquer les côtes, point fort de l'équipe de France. C'est dans l'axe qu'ils ont cédé au quart d'heure de jeu, compliquant un match qui était déjà mal embarqué. La suite, une litanie d'occasions manquées pour les Français, avant que l'expulsion (sévère) de Kevin Strootman ne désorganise ce qui restait de l'équipe néerlandaise. La suite fut un festival de beaux gestes devant des Bataves dépassés. 

Thomas Lemar s'affirme encore un peu plus

Si Antoine Griezmann a débloqué son compteur, si Kylian Mbappé a fait parler de lui à la rubrique transfert et sur le terrain en marquant un but, si Ngolo Kanté a prouvé qu'il était indispensable à l'équilibre de l'équipe, c'est le Monégasque Thomas Lemar qui a crevé l'écran. Intenable sur son côté, il a délivré une kyrielle de bons centres qui auraient pu finir au fond. Avant de marquer deux buts, l'un splendide, l'autre facile, ses premiers en équipe de France, concluant une soirée parfaite. Le Monégasque ne devait sa titularisation qu'à la blessure de Dimitri Payet, mais sur ce qu'il a montré ce soir (et toute la saison dernière à Monaco), il pourrait bien dépasser le Marseillais dans la hiérarchie.

Des Pays-Bas en-dessous de tout

Faut-il pour autant s'enthousiasmer de ce succès, tant l'opposition a été faible ? Les Oranje ne sont qu'une pâle copie des générations dorées époque Cruyff, Gullit ou Bergkamp. Alliage de joueurs trop vieux (Sneijder, inexistant, remplacé à la pause) et de jeunes pousses trop vite exposées, les Néerlandais ont sombré, et regarderont, sauf miracle, le prochain Mondial à la télévision. La fédération, minée par des querelles internes, en est consciente et a diligenté un audit pour revoir la formation à la batave. Les résultats sont espérés pour 2022. D'ici là, Robben et Van Persie, les deux seuls joueurs à avoir fait courir un frisson sur l'échine du public du Stade de France auront pris leur retraite. Et on aura peut-être cessé de considérer les Pays-Bas comme une grande équipe