PSG : la polémique Serge Aurier en cinq actes

Le défenseur sera absent, mardi, face à Chelsea, après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il insulte son entraîneur et où il tient des propos homophobes.

Le défenseur du PSG Serge Aurier lors d'un match face à Bastia, le 8 janvier 2016, au Parc des princes, à Paris.
Le défenseur du PSG Serge Aurier lors d'un match face à Bastia, le 8 janvier 2016, au Parc des princes, à Paris. (STEPHANE ALLAMAN / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Son avenir au PSG s'assombrit. Le défenseur parisien Serge Aurier a été mis à pied par son club à titre conservatoire, dimanche 14 février, après la diffusion, la nuit précédente, d'une vidéo dans laquelle il insulte son entraîneur, Laurent Blanc, et tient des propos homophobes. Il ne sera pas présent lors de la rencontre de Ligue des champions, mardi, face à Chelsea. "J'ai fait une connerie, je suis impardonnable", a réagi le joueur, dans la foulée, en présentant ses excuses. De son côté, Laurent Blanc a indiqué lundi avoir "très mal pris" les propos de son joueur. Retour en cinq actes sur cette polémique.

Acte 1 : la vidéo apparaît en ligne

Tout est parti d'une vidéo de trois quarts d'heure, filmée via l'application Periscope, qui permet de diffuser des images en direct à travers un smartphone. On y voit Serge Aurier, accompagné d'un ami fumant une chicha, Mamadou Doucouré, un footballeur de 22 ans. La vidéo a manifestement été tournée "samedi soir", comme le disent plusieurs fois les deux hommes, qui évoquent notamment l'actualité de cette soirée. 

Entre passages rappés et dédicaces, Serge Aurier, décontracté et rigolard, répond à des questions posées par des internautes, la plupart lues par son ami. "Laurent Blanc, il fait souvent la folle ou pas ?" interroge Mamadou Doucouré. Et Aurier de répondre avec une insulte à caractère homophobe :  "C'est une fiotte !"  "Blanc, il suce Zlatan ou pas ?" demande l'ami. Réponse du défenseur : "Il lui prend les couilles mon frère, il prend tout cousin !"

Autre question, toujours lue par cet ami : "Zlatan, il vous met des coups de pression ?" Réponse : "Ho, quand tu regardes ma gueule mon frère, tu penses qu'il peut me mettre un coup de pression lui ? T'es un fou toi ou quoi. Il vient de je ne sais pas d'où mais nous on vient de Sevran frère." "Zlatan, c'est une bête mais t'inquiète pas qu'avec nous, il fait pas le relou, c'est une gentille bête", ajoute l'Ivoirien au sujet du Suédois, qui écouterait "des vieilles musiques".

Acte 2 : Aurier envisage une plainte pour "falsification"

Dans un tweet diffusé dans la nuit de samedi à dimanche, le chroniqueur de Canal+ Pierre Ménès affirme avoir été en contact avec Serge Aurier. "Il va faire un démenti avec le PSG demain et porter plainte pour falsification de vidéo", affirme le chroniqueur.

Le joueur n'a pas participé à l'entraînement parisien de dimanche matin, fermé au public et à la presse. Selon plusieurs medias, dimanche après-midi, le joueur envisage finalement de reconnaître l'authenticité de la vidéo et de présenter ses excuses.

Acte 3 : le PSG le met à pied à titre conservatoire

Dimanche, à 20 heures, le PSG annonce sur son site que le défenseur est "mis à pied à titre conservatoire" pour ses propos "clairement inadmissibles" envers son entraîneur et certains de ses coéquipiers. Une "procédure disciplinaire" est ouverte à son encontre. Il manquera le huitième de finale aller de la Ligue des champions, mardi, à Paris, face à Chelsea. Le club cite ensuite son président, Nasser Al-Khelaïfi : "Le Paris Saint-Germain est une institution très forte à laquelle personne ne peut toucher."

Acte 4 : Aurier s'excuse et "assume les conséquences"

Dans la foulée de l'annonce de sa sanction, Serge Aurier réagit, sur BeIn Sports, dans une vidéo enregistrée. "Je suis là pour m'excuser auprès du coach, de mes coéquipiers, du club et des supporters", dit-il. "J'accepte toutes les sanctions que pourra prendre le club. J'ai fait une connerie, je suis impardonnable, je suis prêt à assumer toutes les conséquences."

En mars 2015, après le match nul de ses coéquipiers à Chelsea en huitième de finale de la Ligue des champions, Serge Aurier avait déjà été au centre d'une polémique. Pour avoir traité l'arbitre de la rencontre, sur Facebook, de "sale fils de pute", l'Ivoirien avait écopé de trois matchs de suspension infligés par l'UEFA.

Acte 5 : Laurent Blanc a "très mal pris" les propos d'Aurier

"Je trouve ça pitoyable", a réagi lundi Laurent Blanc au cours d'une conférence de presse. "J'ai très mal pris [les commentaires de Serge Aurier]. Ce garçon, je me suis engagé il y a deux ans pour le faire venir à Paris. Et le remerciement que j'ai, c'est ça ?", a développé Blanc. L'entraîneur du PSG a aussi estimé qu'avec ces propos le joueur "pénalise le club à travers l'image qu'il a pu donner".

Voir la vidéo

Et d'ajouter : "Serge, s'il a un problème avec moi, je ne me servirai pas de vous [la presse] pour régler le problème. Mon problème avec Serge, je le règlerai avec lui", a conclu Blanc qui n'avait autorisé qu'une seule question sur le sujet en conférence de presse.