PSG : ce que risque Serge Aurier après avoir insulté Laurent Blanc

Le défenseur est convoqué, lundi, par les dirigeants du club et sera bientôt fixé sur son sort, après son violent dérapage sur les réseaux sociaux.

Serge Aurier, pendant un match PSG-Bastia, en Ligue 1, le 8 janvier 2016, au Parc des Princes.
Serge Aurier, pendant un match PSG-Bastia, en Ligue 1, le 8 janvier 2016, au Parc des Princes. (STEPHANE ALLAMAN / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Puni ? Licencié ? Pardonné ? Serge Aurier a rendez-vous, lundi 22 février, avec les dirigeants du PSG. Ils doivent décider d'une sanction pour le défenseur, une semaine après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il insulte son entraîneur, Laurent Blanc, et plusieurs joueurs.

Serge Aurier est à peu près certain d'être privé de sa "prime d'éthique" de 160 000 euros. Et depuis sa mise à pied, l'international ivoirien n'a pas été payé et a interdiction de se rendre au centre d'entraînement du club, son lieu de travail. Mais cette suspension ne peut pas durer plus d'un mois et le club doit à présent décider de l'avenir du joueur. Quelles sont les hypothèses ?

Une fin de saison en CFA avant d'être vendu 

Le placard. Le PSG pourrait bien décider d'envoyer Serge Aurier jouer avec l'équipe B, qui évolue en CFA. L'idée serait de mettre l'international ivoirien à l'écart, tout en profitant de ses talents. C'est ce qui attend, en général, les joueurs en conflit avec la direction, ou ceux qui se remettent de blessures.

C'est ce qui était arrivé à Peguy Luyindula, en conflit ouvert avec le PSG en 2011-2012. Le coach de l'époque, Antoine Kombouaré, le soupçonnait de ne pas avoir fait le nécessaire pour retrouver son niveau après une blessure. Peguy Luyindula avait donc passé plusieurs mois en CFA. Il avait fini par réclamer aux prud'hommes la résiliation de son contrat et plusieurs millions d'euros de dédommagement.

Toutefois, la charte du football stipule qu’un joueur mis à l’écart doit bénéficier de conditions d’entraînement identiques à celles des professionnels. Or, ça ne serait pas le cas pour Serge Aurier avec l'équipe réserve.

Pour L'Equipe, en tout cas, "l’avenir sportif d’Aurier ne semble plus s’inscrire au PSG". Qu'il joue avec les pro, la réserve ou pas du tout, l'international sera probablement vendu à la fin de la saison. 

Une mise à pied prolongée avant sa réintégration

Et si, finalement, Serge Aurier était déjà à moitié pardonné ? Le vent semble avoir tourné et le ton de Laurent Blanc s'est adouci au cours de la semaine écoulée : ulcéré, lundi dernier, par cette séquence "pitoyable", le coach est apparu plus mesuré vendredi. "Le temps fait toujours son effet", a-t-il déclaré. 

La Fédération ivoirienne et l'icône du pays, Didier Drogba, ont appelé à l'indulgence. Mais le soutien le plus important est venu de Blaise Matuidi. "Serge, c'est mon ami, c'est l'ami de tout le monde dans le vestiaire, a confié son coéquipier parisien. On sait qu'il a fait une erreur mais l'erreur est humaine. On a besoin de lui, que ce soit sur le terrain, mais aussi en dehors, parce que c'est quelqu'un qui est apprécié de tout le monde."

Serge Aurier pourrait donc être suspendu un mois (durée maximum d'une mise à pied) et retrouver son poste. Toute la question est de savoir si le patron du club, Nasser Al-Khelaïfi, a digéré cet épisode. Passé la colère des premiers jours, le dirigeant qatari accepterait, aujourd’hui, de voir Serge Aurier, un garçon qu’il apprécie, réintégrer petit à petit le groupe professionnel, assure BFMTV.

Un licenciement direct 

Même si l’ancien Lensois a commis ce qui peut être considéré comme une faute grave au regard du Code du travail en insultant son entraîneur et certains de ses partenaires, son employeur n’envisage pas de le licencier. D'ailleurs, si ces insultes peuvent servir de motif à un licenciement, elles pourraient tout autant être contestées devant un tribunal.

Un limogeage paraît donc très peu probable, d'autant que le PSG se priverait ainsi d'un belle manne financière : le joueur de 23 ans, acheté à Toulouse à l'été 2014 pour 12 millions d'euros, en vaut quasiment le double aujourd'hui grâce à ses performances qui en ont fait cette année un des tout meilleurs arrières droits d'Europe.