Ligue 1 : ça y est, Troyes a enfin gagné

Les Aubois ont mis fin à une série de 21 journées sans victoire en s'imposant à Lille (3-1).

Le but du Troyen Jessy Pi, contre Lille, le 23 janvier 2016, au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Asq.
Le but du Troyen Jessy Pi, contre Lille, le 23 janvier 2016, au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Asq. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Toute l'actualité de votre club après la 22e journée de Ligue 1, disputée les 22, 23 et 24 janvier, résumée en deux phrases, pas toujours sympa.

1- PSG 60 points (facile vainqueur d'Angers 5-1). Les Parisiens ne sont plus qu'à une unité du record d'invincibilité de Nantes - 32 matchs de suite - et on ne voit pas qui pourrait les battre.

2- Monaco 39 (étrille Toulouse 4-0). Monaco n'avait plus gagné aussi nettement depuis la saison dernière. Forcément, le coach Leonardo Jardim avait le sourire en conférence de presse :  "Pour changer, on a gagné avec la manière !"

3- Nice 36 (domine Lorient 2-1). "C'est un championnat un peu bizarre, si on fait une mauvaise série, on est susceptibles de redescendre plus bas", constate Vincent Koziello, le jeune milieu de terrain niçois. Les Aiglons sont devenus dauphins au moins pour quelques heures.

4- Rennes 34 (vainqueur au forceps du Gazélec Ajaccio 1-0)Première victoire à domicile depuis… l’inauguration du Roazhon Park, nouveau nom du stade de Rennes, le 29 août dernier. L’effet Courbis, assurément. “Sur le match, je ne sais pas sincèrement ce que j'ai pu apporter, si ce n'est être un porte-bonheur.”

5- Angers 34 (écrasé par le PSG 1-5). Angers est toujours la seule équipe qui a tenu en échec l'attaque du PSG sur un match. Mais c'était à l'aller. Au retour, au Parc, la différence de niveau entre les deux équipes a sauté aux yeux.  "On est tombé sur des joueurs qui ont mis le costume de Ligue des champions, et on n'avait pas le même costume ce soir", reconnaît l'entraîneur Stéphane Moulin.

6- Saint-Etienne 33 (accroché à Reims 1-1). Comme chaque semaine, les Verts n'ont pas montré grand chose, et ce match nul est plutôt flatteur vu le contenu du jeu proposé. Christophe Galtier; l'entraîneur, ne dit pas autre chose : "Je ne pense pas qu'on ait perdu deux points ce soir même si on menait à la 88e minute."

7- Caen 33 (renoue avec le succès à Montpellier 2-1). Un hold-up, mais aussi la première victoire des Normands en 2016. Promis, leurs supporters attendent encore deux semaines avant de se remettre à rêver de Ligue des champions. 

8- Marseille 30 (ramène un point de Lyon 1-1). Le gardien olympien Steve Mandanda, qui a sauvé son équipe à huit reprises, est lucide sur Canal + : "avec un point, on n'avance pas beaucoup, mais on va se contenter de ça."

9- Lyon 30 (sauve un point contre l'OM 1-1). L'OL n'avance toujours pas. La preuve.

10- Bordeaux 30 (arrache le nul à Nantes 2-2). Les Bordelais préservent leur série d'invincibilité grâce à un but marqué avec un attaquant dos au but, et un but contre-son-camp des Nantais. C'est très très très chanceux.

11- Nantes 29 (rattrapé dans les arrêts de jeu par Bordeaux 2-2). " Les remplaçants avaient fait la différence sur les derniers matches. Ce n'est pas le cas aujourd'hui", constate, amer, l'entraîneur des Canaris Michel Der Zakarian. C'est un des remplaçants, Lorik Cana, qui a marqué l'égalisation bordelaise contre son camp, en toute fin de match.

12- Lorient 27 (battu par Nice 1-2). Statistique étonnante : Lorient hiberne. Les Merlus restent sur 10 matchs sans victoire... au mois de janvier. Courage les Merlus, encore une journée, et on arrive en février.

13- Gazélec Ajaccio 26 (surpris en fin de match par Rennes 0-1). Au match aller, Rennes avait déjà marqué dans les arrêts de jeu contre les Corses. Leur entraîneur, Thierry Laurey, ne se formalise pas de ce revers qui met fin à leur formidable série. "On jouait quand même chez le futur deuxième du championnat, on a failli prendre un point, c'est bien."

14- Lille 25 (première victime de Troyes 1-3). Sale semaine pour les Dogues : éliminés par les amateurs de Trélissac en Coupe de France, et coulés par Troyes, qui n'avait jamais gagné, grâce à deux buts de Cabot (un comble). 

15- Bastia 25 (battu en fin de match par Guingamp 0-1). La semaine dernière, le président guingampais hurlait au complot contre son équipe, en dénonçant huit erreurs sur les huit derniers matchs. Et ce soir, son équipe gagne sur un penalty imaginaire à la dernière seconde. De quoi faire sortir de leur gonds les supporters corses. "On sait ce que c'est, de vivre dans l'injustice", grogne le coach corse Ghislain Printant.

16- Guingamp 24 (victorieux in extremis de Bastia 1-0). Victoire imméritée, mais les Guingampais prennent quand même les trois points.

18- Reims 23 (arrache un point contre Saint-Etienne 1-1). Les regrets d'Olivier Guégan, le coach rémois, en forme d'hommage à Stéphane Ruffier, le gardien stéphanois. "Sans un gardien de classe internationale on aurait pris les 3 points. Il les a maintenus dans le match et ils ont marqué sur leur seul tir cadré."

17- Montpellier 22 (coule en silence, contre Caen 1-2). Quatrième défaite de suite pour le club héraultais qui ne parvient pas à décoller de la zone rouge.

19- Toulouse 20 (haché menu par Monaco 0-4). Rechute toulousaine après deux matchs prometteurs face au PSG. "On avait bien avancé dans tous les secteurs durant quelques mois, déplore le coach Dominique Arribagé. Je pensais que ça nous protègerait de ce genre de déconvenue, de cette valse qu'on a pu prendre. J'ai l'impression qu'on retombe en octobre quand on n'allait pas bien."

20- Troyes 11 (brillant vainqueur de Lille 3-1). "Ça commençait à devenir dur les conférences de presse d'après-match. Cette fois, je suis heureux de vous recontrer, déclare Claude Robin, le coach troyen, devant les journalistes après la rencontre. "Plus qu'une victoire, c'est un soulagement."