Plomb, nickel, composés chimiques anti-odeurs... Selon le Bureau européen des associations de consommateurs (Beuc) basé à Bruxelles, les maillots officiels des équipes qualifiées pour disputer l'Euro-2012 contiennent des substances toxiques dangereuses pour la santé. 

"Après avoir testé 9 maillots officiels de l'Euro 2012, tous se sont avérés contenir des niveaux inquiétants de produits chimiques", annonce le Beuc. "Le plomb, un métal lourd, se trouve dans 6 des 9 maillots testés :  l'Espagne, l'Allemagne, l'Ukraine, la Russie, la France et Italie", précise l'organisation. "Dans les maillots de l'Espagne et de l'Allemagne, le plomb dépasse le niveau légal pour les produits destinés aux enfants".

"Les maillots testés sont des maillots pour les adultes, pas des maillots pour les enfants et le problème avec ceux des équipes d'Allemagne et d'Espagne se pose si ces maillots sont portées par des enfants", explique un porte-parole de Beuc. "Il n'y a rien d'illégal, mais il vaut mieux que ces maillots ne soient pas utilisés par des enfants", insiste-t-il.

"Un acte criminel"

Les joueurs du Portugal et des Pays-Bas joueront eux avec des maillots contenant du nickel, ajoute le Beuc. Quant aux maillots du pays d'accueil, la Pologne, ils "devraient être interdits dans les boutiques, car ils contiennent un composé d'organo-étain [utilisé pour éviter les odeurs de sueur ] dans des doses plus élevées que la limite légale", précise le BEUC. Les organostanniques peuvent être toxiques pour le système nerveux, indique l'organisation.

"Les fans de football payent jusqu'à 90 euros pour le maillot de leur équipe favorite. Le moins qu'ils puissent attendre, c'est d'avoir un produit fiable et de qualité. Il est inexplicable que les métaux lourds soient utilisés dans des produits de consommation de masse. Il s'agit clairement d'un acte criminel par les fabricants d'utiliser des substances nocives autant pour les personnes que pour l'environnement", a dénoncé Monique Goyens, directrice générale du Beuc. De son côté, l'organisation de consommateurs belge Test Achat, membre du Beuc, a pris ses distances avec la manière dont a été organisée cette communication et a demandé à ne plus être associée à la mise en garde lancée par l'agence européenne.