L'Espagne tient à son titre. Les hommes de Vicente Del Bosque ont éliminé mercredi 27 juin le Portugal en demi-finale de l'Euro lors de la séance de tirs au but, en plaçant quatre ballons dans les filets contre deux seulement pour le Portugal. Aucune des deux équipes n'était parvenue à marquer au cours des deux mi-temps et des prolongations. Que faut-il retenir de ce match à suspense ?

Et à la fin c'est l'Espagne qui gagne. Même en difficulté dans le jeu, la Roja tient son rang. Sans parvenir à conserver le ballon comme elle en a l'habitude, elle est parvenue durant ce match à contenir les assauts des Portugais et à relever le défi physique que Pepe et les siens lui ont imposé. Elle a fait le dos rond avant de se réveiller en fin de match et surtout durant les prolongations, se créant ses plus belles occasions. L'Espagne a également pu compter sur un très bon Iker Casillas. En arrêtant le premier tir au but de Joao Moutinho, il a relancé l'Espagne dans une série qui avait mal débuté avec la tentative de Xabi Alonso, repoussée par Rui Patricio. Impérial sur sa ligne, "San Iker" a ensuite forcé les Portugais à tirer parfaitement, ce qu'Alves n'est pas parvenu à faire, permettant ainsi à Fabregas d'envoyer la Roja en finale, sans que Cristiano Ronaldo, 5e tireur, n'ait le temps de jouer un rôle dans cette série.
 

L'arrêt d'Iker Casillas sur le tir de Moutinho, le 27 juin 2012 à  Donetsk (Ukraine).
L'arrêt d'Iker Casillas sur le tir de Moutinho, le 27 juin 2012 à  Donetsk (Ukraine). (FRANCK FIFE / AFP)

Ronaldo est passé à côté. Le plan était presque parfait. A l'aise physiquement, en place tactiquement, les hommes de Paulo Bento ont bien cru réussir leur pari. Ce sont eux qui ont le mieux commencé ce match en pressant les Espagnols très haut et en les empêchant de développer leur jeu habituel. Capables également de se créer des occasions, ils n'ont pas pu en revanche compter sur l'efficacité de leur Cristiano Ronaldo providentiel. Cette défaite lui fera sans doute perdre de précieux points dans sa course au Ballon d'Or. Pour le Portugal, c'est une nouvelle déception. Avec cette élimination, il échoue pour la troisième fois en demi-finale d'un Euro après ses défaites de 1984 et 2000.

Triplé historique en vue pour la Roja. L'Espagne, championne du monde et d'Europe en titre, s'est hissée à une marche d'un exploit inédit dans l'histoire du football : un triplé Euro-Mondial-Euro. A Kiev, dimanche en finale, les hommes de Vicente Del Bosque tenteront de battre un record vieux de plus de trente ans qu'ils auront donc au moins égalé : depuis l'Allemagne de l'Ouest entre 1972 et 1976, aucune équipe n'avait atteint trois finales consécutives. C'est déjà ça, mais difficile d'imaginer Iniesta et ses coéquipiers s'en contenter…