La deuxième finale 100% bretonne entre Guingamp et Rennes a encore tourné à l'avantage de l'équipe des Côtes d'Armor (2-0), samedi 3 mai au Stade de France (Seine-Saint-Denis). Les Guingampais ont marqué aux moments stratégiques : à la 38e minute, grâce à Jonathan Martins-Pereira, puis juste après la pause, par Mustapha Yatabaré. Les Guingampais ont dominé une bien pâle équipe de Rennes, qui n'est jamais rentrée dans la partie. Que retenir de la rencontre ?

Rennes est encore passé à côté

Les Rennais abordaient cette finale sans l'étiquette de grandissime favori qui leur avait coûté cher en 2009. Il y a cinq ans, ils avaient ouvert le score, s'étaient créé de grosses occasions, avant de céder en fin de rencontre. Cette fois, ils n'ont tout simplement pas existé. Une première mi-temps amorphe, et un semblant de révolte quand il était trop tard, à un quart d'heure de la fin. Les attaquants empilés par Philippe Montanier, l'entraîneur, n'ont eu aucun impact sur le déroulé de la rencontre. "On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes", a reconnu Romain Danzé, le capitaine rennais, sur France 2. 

Guingamp sans trembler

Dès le début de la partie, les Guingampais ont pris le contrôle du jeu. L'ouverture du score par Martins Pereira s'inscrivait dans la logique du match. Les premiers "mais il est où le Stade Rennais" se sont fait entendre dès la 40e minute. Le deuxième but, signé Yatabaré, le goleador de la Coupe de France avec 8 buts, scellait la partie, même si, sporadiquement, Rennes se créait des demi-occasions. Avec cette victoire, les Guingampais s'offrent un sans-faute contre Rennes cette année : trois matchs, trois succès. 

Et maintenant, la coupe d'Europe

En quatre ans, Jocelyn Gourvennec a hissé son club du National, la troisième division, à la Ligue Europa, la petite coupe d'Europe. Un bilan extraordinaire pour une ville de 7 000 habitants, qui sera présente dans les joutes européennes l'an prochain, contrairement à certains cadors comme Manchester United. Reste avant cela à se maintenir : aucun des deux finalistes n'est encore assuré de rester en Ligue 1 l'an prochain.