Match difficile pour les supporters néerlandais face au Danemark, en ouverture de l'Euro, le 9 juin, à Lviv (Ukraine).
Match difficile pour les supporters néerlandais face au Danemark, en ouverture de l'Euro, le 9 juin, à Lviv (Ukraine). (REUTERS)

Les Hollandais se sont inclinés contre toute attente face au Danemark (0-1) quand les Allemands ont remporté un triste match contre les Portugais (1-0). Que retenir de ces deux rencontres  du groupe qui était, sur le papier, le plus alléchant de l'Euro ?

- deux buts en deux matchs, on attendait autre chose d'un groupe où figurent Klas-Jan Huntelaar, 40 buts cette saison, Robin Van Persie, meilleur buteur de Premier League, Mario Gomez, le goléador du Bayern et Cristiano Ronaldo, qui a marqué plus de 40 buts en championnat espagnol... 

- les deux favoris du groupe n'ont pas montré grand chose. Les Hollandais ont encaissé rapidement un but des Danois, et ont pêché dans la finition ensuite. Les Oranje se sont procuré beaucoup d'occasions, ont tiré sur le poteau, mais ne méritaient pas forcément d'égaliser. La déclaration d'après-match d'Arjen Robben laisse pantois qui a suivi le match : "je crois que j'ai été trop collectif" déclare l'attaquant le plus individualiste de la saison. Le sélectionneur danois, Morten Olsen, a une autre hypothèse :  "nous avions une meilleure condition physique que les Néerlandais"

- ces deux matchs constituent aussi un vibrant plaidoyer pour un Euro à 16 équipes. En 2016, pour l'édition qui se déroulera en France, la compétition comptera 24 équipes : la qualité sera plus diluée et on ne verra plus de grosses équipes se faire battre dans un match couperet d'entrée de jeu. 

Manuel Neuer, le gardien allemand, a été impeccable dans ses buts face au Portugal, le 9 juin 2012 à Lviv, en Ukraine. 
Manuel Neuer, le gardien allemand, a été impeccable dans ses buts face au Portugal, le 9 juin 2012 à Lviv, en Ukraine.  (JEFF PACHOUD / AFP)

- l'Allemagne n'a pas montré grand chose contre le Portugal. Mais a marqué sur un but un peu chanceux : un centre venu de la droite est dévié par un défenseur portugais, ce qui lobe sa défense mais pas l'attaquant du Bayern, Mario Gomez. Ce dernier, très discret pendant la rencontre, a montré qu'il était indispensable en sélection. 

- le Portugal a appliqué un peu tardivement son plan B. Concentré sur la défense avec l'optique de ne pas perdre contre les Allemands, les Portugais ont pratiqué un jeu débridé pendant le dernier quart d'heure. C'était un peu juste pour inquiéter les Allemands, avec un excellent Neuer dans les buts.