Ils ont survécu au "groupe de la mort" de l'Euro-2012. L'Allemagne, favorite avec l'Espagne de la compétition, ainsi le Portugal, accèdent dimanche 17 juin aux quarts de finale après avoir battu respectivement le Danemark et les Pays-Bas.

• L'Allemagne, sans trembler

L'Allemagne a passé pratiquement sans frémir le premier tour en battant le Danemark (2-1). Elle a ainsi confirmé son statut de favori dans un groupe B très relevé, avec les vice-champions du monde néerlandais, les Portugais et les Danois. La Mannschaft  rassure au passage sur son point faible supposé, la défense. Elle a aussi remporté ses trois matchs, ce qu'elle n'avait jamais réussi à faire au cours des onze dernières éditions de l'Euro auxquelles elle a participé.

Ce dernier match a par ailleurs laissé entrevoir des améliorations possibles. Mesut Özil, même s'il a su créer des brèches dans la défense danoise, n'est pas encore le joueur décisif si indispensable au Real Madrid. Et l'entraîneur Joachim Löw va devoir gérer le mécontentement des remplaçants qui, comme Toni Kroos, ont fait savoir qu'ils trouvaient le temps long.

En terminant première du groupe B, l'Allemagne pourra disputer son quart face à la Grèce, vendredi à Gdansk (Pologne) où se situe son camp de base, avant une demi-finale éventuelle à Varsovie.

• Le Portugal monte en puissance

Le Portugal peut savourer une qualification qui semblait compromise à l'issue de sa défaite initiale face à l'Allemagne (1-0), pour son entrée en lice dans cet Euro polono-ukrainien. C'était laborieux, à l'image de Cristiano Ronaldo, moyen jusqu'alors. Mais dimanche, le Portugal a confirmé sa montée en puissance et son capitaine s'est réveillé, avec un doublé contre les Pays-Bas (2-1) qui fait taire au moins momentanément ses détracteurs et le relance dans la course au Ballon d'Or.

Paulo Bento a su insuffler de la confiance à son équipe, en se plaçant au premier plan pour mieux protéger ses joueurs, et son capitaine en premier lieu. Plus jeune sélectionneur présent à l'Euro (42 ans), peu expérimenté (quatre ans à la tête du Sporting Lisbonne), il a imposé son autorité en se passant de Ricardo Carvalho et Bosingwa, qui avaient contesté ses choix.

En quart, la Seleçao devra battre la République Tchèque de Cech (première du groupe A), jeudi à Varsovie, comme il l'avait fait lors du premier tour de l'Euro-2008 (3-1).