En football, il y a ceux qui font le spectacle en marquant de beaux buts, comme le Suédois Zlatan Ibrahimovic mardi 19 juin contre la France, et il y a les autres. Les autres, ce sont ceux qui marquent l'esprit davantage par la célébration du but que par le tir qui a fait mouche. Et le cru 2012 de l'Euro est déjà bien fourni en la matière, alors même que les matchs à éliminations directes n'ont pas encore débuté. FTVi a sélectionné pour vous les meilleures et les pires célébrations de buts du tournoi.

• La plus coûteuse : Bendtner contre le Portugal

Nicklas Bendtner est un petit malin. Pour fêter son doublé contre le Portugal, mercredi 13 juin, le joueur danois fait le tour du terrain en exhibant son caleçon vert. Inoffensif ? Pas franchement : le nom d'une marque de paris en ligne est inscrit dessus.

Le but et la célébration à 4'15 sur cette vidéo :

Cette publicité à peu de frais n'est pas du goût de l'UEFA, qui organise le tournoi et estime qu'il s'agit d'une "conduite inappropriée". La commission disciplinaire décide de lui infliger un match de suspension (lien en anglais), ainsi que 100 000 euros d'amende. Le joueur a fait appel de sa condamnation mardi 19 juin, mais si elle se confirme, il s'agirait sans doute de la célébration de but la plus coûteuse de l'histoire.

• La plus rancunière : Nasri contre l'Angleterre

Celle-là, tout le monde ou presque s'en souvient. Lors du premier match des Bleus dans la compétition, lundi 11 juin, Samir Nasri égalise face à l'Angleterre d'une superbe frappe de l'extérieur de la surface. Immédiatement après son but, il se dirige vers le bord du terrain et lance un "ferme ta gueule !" à un journaliste de L'Equipe.

Pourquoi tant de haine ? Le joueur s'en est lui-même expliqué. Le quotidien sportif n'a pas été très tendre envers lui, et il n'a pas franchement apprécié : "Ma mère est souffrante et quand elle lit que son fils est 'bidon', c'est délicat. Il y a eu une réponse de ma part peut-être maladroite", s'est-il justifié après la scène. Au final, l'incident en reste là : pas de sanction, ni d'excuses en bonnes et dues formes.

• La plus drôle : Rooney contre l'Ukraine

Wayne Rooney a le sens de l'humour. En juin 2011, le joueur anglais annonçait publiquement sur Twitter qu'il allait subir une greffe de cheveux, se fendant même d'une photo après l'opération. Un an et un but face à l'Ukraine plus tard, le 19 juin, il exhibe sa nouvelle tignasse et fait semblant d'y appliquer de la laque. On le voit bien à la fin de cette vidéo.

Pourquoi ce geste ? Pour taquiner son coéquipier Andy Carroll, particulièrement bien doté capillairement parlant. "J'ai utilisé un peu d'un de ses produits. J'espère que j'aurai autant de cheveux que lui !", a-t-il lancé au Sun (lien en anglais) après le match.

• La plus incompréhensible : Balotelli contre l'Irlande 

Mario Balotelli est un joueur italien un peu fou, capable de s'amuser en jetant des fléchettes sur les jeunes du centre de formation de son club, comme l'explique le site Goal.com, ou encore de passer la soirée dans un club de striptease à quelques heures d'un match, relate The Sun (article en anglais).

Du coup, lorsqu'il commence à hurler après avoir inscrit un superbe but contre l'Irlande, le 18 juin, ses partenaires craignent un nouveau dérapage. Et l'un d'entre eux, Bonucci, l'empêche tout simplement de parler en lui plaquant la main contre la bouche (la scène débute au bout d'1'05" dans la vidéo suivante).

Que voulait dire Balotelli ? Mystère : "Il a dit quelque chose en anglais, mais je n'ai pas compris", jure Bonucci au Globe and Mail (lien en anglais). "J'ai mis ma main devant sa bouche parce que Mario est très impulsif, même si cela fait aussi sa force. Nous lui avons parlé [de son attitude] et il sait qu'il n'aurait pas du réagir comme cela". Dans ce cas...