Qualifications pour la Coupe du monde : la France bute sur le Luxembourg (0-0)

On pensait la partie pliée après la démonstration face aux Pays-Bas. Erreur ! Les Luxembourgois ont opposé une belle résistance aux Bleus et ont failli gagner la partie en fin de match. 

L\'attaquant français Antoine Griezmann, muet face au Luxembourg, le 3 septembre 2017 à Toulouse. 
L'attaquant français Antoine Griezmann, muet face au Luxembourg, le 3 septembre 2017 à Toulouse.  (FRANCK FIFE / AFP)
avatar
Pierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Douche froide au Stadium de Toulouse. Le Luxembourg a arraché un match nul méritoire contre la France (0-0), dimanche 3 septembre. Une contre-performance des hommes de Didier Deschamps qui ralentit leur marche vers la qualification pour la Coupe du monde. Certes, les jambes étaent lourdes après le match triomphal face aux Pays-Bas (4-0 jeudi 31 août), certes la barre transversale a joué des tours aux Bleus, mais une équipe de stars a buté contre 11 bons joueurs anonymes. Au classement, la France conserve un petit point d'avance devant la Suède en tête de son groupe. Voilà ce qu'il faut retenir du match. 

Une animation offensive défaillante

Interrogé à la fin du match pour justifier cette contre-performance, Didier Deschamps a manié la litote : "Les occasions, on les a, et on ne les concrétise pas, et ils ont un peu de la réussite. Pour gagner, il faut marquer." Malgré une domination écrasante (30 tirs à 3), les Français ont multiplié les mauvais choix. Ils ont certes manqué de réussite (deux tirs sur la barre, un sauvetage sur la ligne), mais cela n'explique pas tous. Les latéraux et les joueurs de couloirs ont été particulièrement défaillants dans le domaine des centres, ce qui explique que les Bleus ne soient créé que très peu d'occasions dans ce domaine. Un joueur comme Olivier Giroud n'a pas pu tenter le moindre tir en première période.

Les promesses de Kylian Mbappé

De toute l'armada offensive tricolore, le jeune prodige arraché 180 millions d'euros par le PSG au mercato a semblé le plus à l'aise. Frais, virevoltant, il a semé la terreur dans la défense luxembourgeoise par ses raids incessants, s'est procuré une des plus belles occasions françaises, sans réussite.  Sa seule erreur : ne pas respecter le choix de Didier Deschamps de l'aligner sur le flanc l'attaque. Attiré dans l'axe et sur l'aile gauche, il a régulièrement dézoné. C'est sans doute pour ça que Deschamps a remplacé son joueur le plus frais (il n'était qu'entré en jeu face aux Pays-Bas) dès l'heure de jeu. 

Le Luxembourg fait le match de sa vie (le deuxième de la semaine)

Ils n'avaient plus évité la défaite contre la France depuis 1914, mais ça c'était avant. Une solide équipe du Luxembourg, privée de huit titulaires dont son gardien habituel et son avant-centre, a tenu la dragée haute à des Bleus qui se sont imaginés un peu trop vite en Russie. Le sélectionneur Luc Holtz parlait de "jour de gloire" en conférence de presse. "La France a une très grande équipe, la vitesse avec laquelle elle fait circuler la balle, les changements de positions. Il n'y a pas de reproche à faire aux Français, même tactiquement, ils ont fait tout juste. Le seul reproche qu'on peut leur faire, c'est de n'avoir pas concrétisé leurs occasions." Après la victoire face à la Biélorussie jeudi, le Luxembourg enchaîne un deuxième résultat positif, ce qui ne lui est pas arrivé souvent.