Football : la France bat la Biélorussie (2-1) et se qualifie pour le Mondial 2018 en Russie

Mais une fois encore, la prestation n'a pas été à la hauteur face à un adversaire faiblard.

Le Français Antoine Griezmann célèbre son but contre la Biélorussie, le 10 octobre 2017, au Stade de France (Seine-Saint-Denis).
Le Français Antoine Griezmann célèbre son but contre la Biélorussie, le 10 octobre 2017, au Stade de France (Seine-Saint-Denis). (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
Pierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour une fois, ils ne passeront pas par les barrages. L'équipe de France s'est qualifiée pour le Mondial 2018 de football, mardi 10 octobre, en battant la Biélorussie (2-1). Les Bleus ont décroché directement leur ticket pour la Russie à l'issue de la phase des éliminatoires. Antoine Griezmann et Olivier Giroud ont marqué pour les Tricolores, avant qu'Anton Saroka ne réplique. Les Bleus se qualifient donc pour leur sixième Coupe du monde d'affilée, et c'est l'un des rares points positifs de ce match. Voilà ce qu'il faut en retenir.

Un match laborieux, encore

"Il a fallu la chercher cette victoire", a reconnu Olivier Giroud à l'issue de la rencontre sur TF1. "Il va falloir bosser les automatismes", s'est presque excusé le buteur d'Arsenal, conscient du piètre spectacle offert aux spectateurs. L'équipe de France a certes marqué deux buts, a offert une première période correcte, mais a complètement arrêté de jouer en seconde période, et s'est fait peur sur les contre-attaques biélorusses. "C'est un gros soulagement", admet Hugo Lloris à la fin du match. En seconde période, les (rares) occasions auront été biélorusses, le public n'ayant vraiment l'occasion de s'enflammer sur quelques fulgurances de Kylian Mbappé. 

Olivier Giroud revient en force

Quelques joueurs ont tiré leur épingle du jeu dans ce match brouillon. A commencer par Olivier Giroud, présent dans le combat, et qui a marqué un but de raccroc du pied là où l'attendait surtout dans le jeu aérien. A son crédit également une belle tête sur la barre transversale qui aurait pu connaître meilleur sort. L'attaquant d'Arsenal devient le meilleur buteur des Bleus en activité (28 buts), devant Karim Benzema en disgrâce depuis un an et demi. Et se trouve à un petit but des totaux de Jean-Pierre Papin et Just Fontaine sous le maillot tricolore. 

Comme souvent en équipe de France, les remplaçants n'ont pas brillé. A commencer par Kylian Mbappé, intermittent. La dernière fois qu'un remplaçant a marqué remonte… au but d'Antoine Griezmann contre l'Albanie au premier tour de l'Euro. Mais ce n'était pas vraiment un remplaçant dans l'esprit de Deschamps, plutôt un titulaire puni. Il faut remonter au coup franc de Mathieu Valbuena en septembre 2015 contre le Portugal. 

Huit mois pour redevenir un des favoris

Les critiques entendues contre Didier Deschamps et son équipe de stars qui joue mal rappellent un peu celles émises à l'encontre d'Aimé Jacquet dans la dernière ligne droite avant le Mondial 1998. Deux entraîneurs défensifs, forgés dans le même moule, se plaignant de ne pas disposer de beaucoup de temps pour peaufiner leur équipe. 

Beaucoup de choses peuvent se passer d'ici au début de la Coupe du monde, le 14 juin prochain. L'état de l'équipe de France dépendra de la forme de ses leaders (Griezmann, Kanté, Pogba, Varane, Lloris...), de l'harmonie au sein du groupe, de la saison à rallonge des uns et des autres et de l'état de la concurrence. L'Italie, qui avait elle aussi fait forte impression au dernier Euro, a passé un automne catastrophique, et devra, elle, se coltiner les barrages.