Sepp Blatter soupçonné d'avoir bradé des droits télé des Coupes du monde de foot

Les droits de retransmission télévisés pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud ont été cédés pour 250 000 dollars et ceux pour le Mondial 2014 au Brésil pour 350 000 dollars.

Le président démissionnaire de la Fifa, Sepp Blatter, le 22 août 2015 lors d'une compétition à son nom à Ulrichen (Suisse).
Le président démissionnaire de la Fifa, Sepp Blatter, le 22 août 2015 lors d'une compétition à son nom à Ulrichen (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une révélation embarrassante de plus pour Sepp Blatter. Le président démissionnaire de la Fifa a vendu très en dessous des prix du marché des droits télévisés des Coupes du monde de football 2010 et 2014 au président de la Fédération des Caraïbes, Jack Warner, en 2005. La chaîne de télévision suisse SRF (en allemand) l'a révélé, vendredi 11 septembre, documents à l'appui.

Selon le contrat dévoilé par la télévision publique suisse alémanique, les droits de retransmission télévisés pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud ont été cédés à Jack Warner pour 250 000 dollars et ceux pour le Mondial 2014 au Brésil pour 350 000 dollars. Le Trinidadien Jack Warner était alors vice-président de la Fifa et président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf).

Vendu à "environ 5% de la valeur du marché" seulement

Le montant de ces droits est beaucoup trop bas, "environ 5% de la valeur du marché", a déclaré dans l'émission "10vor10" l'homme d'affaires australien Jaimie Fuller, qui a lancé "New FIFA Now", un mouvement réclamant plus de transparence au sein de l'association qui dirige le football mondial. Mais, selon lui, c'est surtout la première fois que le nom de Joseph Blatter apparaît directement sur un document.

Jack Warner, lui, est déjà accusé aux Etats-Unis de corruption et de blanchiment d'argent. Arrêté à Trinité-et-Tobago, il a été libéré sous caution. Les Etats-Unis ont demandé son extradition.