1- Montpellier 60 points. Joue le 11 avril contre l'OM. Et remercie le PSG de lui permettre de garder son fauteuil de leader sans jouer.

2- PSG 60 (battu à Nancy 1-2). Après la première défaite du PSG d'Ancelotti (en Coupe, face à Lyon), la première défaite en L1. Mais à l'extérieur. Première défaite à domicile face à l'OM dimanche prochain? C'est dommage, car Paris ne méritait pas forcément de perdre ce match. N'empêche que ce qu'on en retiendra, c'est qu'a écrit un internaute sur Twitter : "Paris a perdu deux fois contre une équipe sponsorisée par Sopalin".

3- Lille 56. (vainqueur de Toulouse 2-1). Eden Hazard est passé à la tondeuse. Décidément, les coupes de cheveux des footballeurs restent impénétrables. Sinon, Rudi Garcia avait déclaré voilà quelques semaines que son équipe pouvait faire de grandes choses. Ils sont à 4 points du PSG.

5- Lyon 50 (auteur d'un bon nul à Rennes 1-1). Impression mitigée. Certes, un penalty aurait pu être sifflé pour une faute de Costil, le gardien rennais, sur Briand. Mais le nombre d'occasions concédés par les Lyonnais, qui n'ont conservé que très rarement leur cage inviolée, laisse songeur...

4- Toulouse 50. (battu à Lille 2-1). Toulouse, meilleure défense du championnat, une équipe qui avait pris 16 points sur 18 possibles lors de ses six derniers matchs - souvent à coup de 1-0- a mordu la poussière. Et pourtant, le TFC a, surtout en seconde période, bien mieux joué que lors de ses précédentes sorties.

6- Saint-Etienne 46 (battu à domicile par Nice 2-3). Le résumé du match tient en cette photo. L'entraîneur Christophe Galtier ajoutera : "on s'est vus trop beaux".

L'entraîneur de Saint-Etienne, Christophe Galtier, dépité, et en arrière plan René Marsiglia, l'entraîneur de Nice, le 31 mars 2012.
L'entraîneur de Saint-Etienne, Christophe Galtier, dépité, et en arrière plan René Marsiglia, l'entraîneur de Nice, le 31 mars 2012. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)


7- Rennes 45. (tenu en échec par Lyon 1-1). Quand Rennes joue un gros à domicile chez lui, ça se termine par 1-1 (Lille, PSG). Quand Rennes fait match nul, ça finit 8 fois sur 9 par 1-1. Donc ça devait faire 1-1.

8- Bordeaux 42 (tenu en échec 1-1 par Dijon). Francis Gillot : "C'est du gâchis, complétement du gâchis. Depuis trois semaines, un mois, on se dit qu'on aurait pu être beaucoup plus haut au niveau comptable. Peut-être que si on n'arrive pas à gagner les matches, c'est qu'on en n'est pas capable et qu'on n'a pas le niveau pour aller plus haut." Pas faux.

9- Marseille 40. Joue le 11 avril contre Montpellier.

10- Evian 39 (vainqueur de Lorient 1-0). Evian maintient son leadership au classement des promus. Le maintien devrait être acquis rapidement, tant les Savoyards ont de l'avance sur le "groupe de la peur", emmené par Valenciennes. "Nous ne sommes pas maintenus mais on commence à caresser ce maintien. Je pense qu'avec deux points en plus on devrait y arriver" lâche l'entraîneur Pablo Correa.

11- Nancy 36 (vainqueur du PSG 2-1). On est l'équipe en forme du moment ou on ne l'est pas : quatre victoires et un nul sur les cinq derniers matchs.

12- Valenciennes 34 (battu à Auxerre 0-2). Ce match, c'est le gardien de Valenciennes Nicolas Penneteau qui en parle le mieux. "On a été très médiocres. Une L1 contre une PH [promotion d'honneur, 8e ou 9e division, ndlr]. C'est honteux. Pardon aux supporters."

13- Dijon 34 (auteur d'un bon nul à Bordeaux 1-1). Pour Patrice Carteron, c'est un "point magnifique". Son équipe a certes égalisé à la 91 minute, mais le match, lui, était loin d'être magnifique.

14- Lorient 32 (battu à domicile par Evian 1-0). Réquisitoire de l'entraîneur Christian Gourcuff. "Je n'ai pas souvenir d'une occasion de but en notre faveur donc le constat est clair". Le constat c'est une victoire en douze matchs et une chute vertigineuse au classement. Lorient n'est pas sauvé.

15- Ajaccio 31 (auteur d'un bon nul à Caen 0-0). L'équipe la plus en réussite de la deuxième partie de saison, qui a encaissé un penalty, que l'arbitre a fait retirer. La seconde tentative du Caennais Frau heurte la transversale. Offensivement, les Ajacciens se sont surtout montrés dangereux sur la fin. Un point chanceux, quand même.

16- Nice 31 (vainqueur de Saint-Etienne 3-2). Nice était la plus mauvaise équipe à l'extérieur. Mais les statistiques des Aiglons à Saint-Etienne sont hallucinantes. Le Chaudron jardin des Aiglons, voilà qui paraît bizarre au premier abord, mais vrai par les chiffres: 4 victoires niçoises et un nul sur les 5 derniers matchs.

La joie du défenseur argentin de Nice Renato Civelli après la victoire de son club sur la pelouse de Saint-Etienne, le 31 mars 2012.
La joie du défenseur argentin de Nice Renato Civelli après la victoire de son club sur la pelouse de Saint-Etienne, le 31 mars 2012. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)


17- Brest 30 (battu à Sochaux 1-2). Alex Dupont, l'entraîneur breton, avait durci les entraînements. "Si dans la semaine les gars n'y sont pas, ils n'y seront pas non plus le jour du match" expliquait-il au Télégramme. On a vu le résultat...

18- Caen 30 (tenu en échec par Ajaccio 0-0). Se réveiller à la 30e journée pour la première fois dans la peau d'un relégable alors que jusque là on faisait une saison tranquille, ça n'est pas bon signe...

19- Sochaux 30 (vainqueur de Brest 2-1). Un petit miracle, tant les Sochaliens ont loupé leur première période. "J'ai retrouvé le Sochaux de l'année dernière avec le public qui poussait" estime la star de l'équipe Marvin Martin. En seconde période, clairement. Mais en jouant un demi-match à chaque fois, cette formation doubiste ne vaut pas beaucoup mieux que son classement.

20- Auxerre 27 (vainqueur de Valenciennes 2-0). Un bon match, un but superbe signé Chafni, un public reconquis, la première victoire depuis le 11 décembre. Super soirée? Non, toutes les équipes mal classées ont gagné, du coup les Auxerrois restent dernier. Dur.