CARTE. Les départements les plus fréquentés et les plus snobés par le Tour de France

Indice chez vous : la Creuse fait partie de la seconde catégorie.

logo
Nicolas EnaultPierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"C'est le Tour de l'Est, pas le Tour de France". Cri du cœur d'un amoureux de la Grande Boucle devant le parcours de l'édition 2017, qui fait la part belle aux régions frontalières de l'Allemagne, de la Suisse et de l'Italie. Alors la Bretagne est-elle systématiquement oubliée ? Les départements alpestres et pyrénéens sont-ils les seuls à disposer de leur rond de serviette sur la Grande Boucle ?

>> Votre département est-il boudé par le Tour de France ? La réponse avec notre moteur de recherche

Franceinfo s'est penché sur le parcours des 104 éditions pour tirer le vrai du faux.

A noter : Nous n'avons volontairement pas pris en compte le nombre de passages à Paris et dans les départements de la petite couronne, dans lesquels le Tour se termine systématiquement afin de ne pas fausser les comparaisons entre les départements.

Passages du Tour depuis 1903
  • 1
  • 100

Le top 10 des départements les plus traversés

Surprise, des départements tout plats comme le Nord et la Somme (point culminant à Anor, dans l'Avesnois, à 272 mètres au-dessus du niveau de la mer) font jeu égal avec l'Isère et son Alpe d'Huez, la Haute-Savoie et les Hautes-Alpes. Un vestige d'avant-guerre, quand le parcours de l'épreuve épousait les contours du pays au sens strict, affirmation politique d'une France meurtrie par les guerres. Ce tracé façon "chemin de ronde" ne sera abandonné qu'en 1951, et explique beaucoup la prééminence de ces départements promis aux étapes de plaine et aux arrivées au sprint. Ce classement est amené à évoluer : la Somme n'a ainsi vu passer le peloton qu'à quatre reprises depuis 2000. 

Le top 10 des départements snobés

Hors concours, on retrouve les deux départements de Corse, visités pour la première fois par le grand barnum du cyclisme en 2013. L'état du réseau routier de l'île - totalement engorgé lors du passage du peloton - ne permet pas d'envisager des passages réguliers. Les autres boudés sont à chercher dans les départements du centre du pays (Indre, Nièvre...) ou en Auvergne qui n'a été "découverte" par le Tour qu'en 1951 (le Cantal, traversé pour la première fois en 1959 ou la Lozère en 1960). N'y voyez pas forcément un désintérêt, le Tour formule récente visitant une quarantaine de départements chaque année : cette absence peut être liée à un manque de moyens pour se porter candidat à l'accueil d'une étape, ou au choix d'autres priorités pour faire parler du département. Il n'est pas toujours facile de se trouver juste à côté de départements qui ont leur rond de serviette sur la Grande Boucle. L'axe Nantes-Bordeaux-Pau, très fréquemment emprunté, a laissé de côté les Deux-Sèvres ou la Dordogne, plus à l'intérieur des terres.