Alors que Michael Schumacher est toujours dans un état critique mais stable, samedi 4 janvier, plusieurs questions restent ouvertes après l'accident de ski de l'ancien pilote de Formule 1.

"Je ne trouve pas normal qu'entre deux pistes balisées, il y ait ce passage avec des rochers apparents dont l'accès n'est pas barré de filets", a estimé l'ancien pilote Philippe Streiff, dansL'Equipe. La responsabilité de la station pourrait-elle alors être engagée ? Une question délicate, comme l'explique Laure Sauthier, bâtonnier du barreau d'Albertville (Savoie), à nos confrères de France 2. "Il n'y a pas une réelle définition de la notion de hors piste, surtout quand on est en limite de piste et même si c'est un secteur hors-piste". Tout dépend en fait de "la manière dont aura été travaillée la zone par les engins de damage", mais également du passage des autres skieurs. Ces critères peuvent faire évoluer la notion de responsabilité.

Autre question qui revient avec insistance : Michael Schumacher skiait-il trop vite ? Selon une information à paraître du quotidien Der Spiegel, citée par le Journal du dimanche, un témoin oculaire aurait aperçu l'ancien pilote à une allure très raisonnable. Cet élément, s'il est confirmé, serait important. Car Laure Sauthier rappelle qu'un skieur "est censé être responsable de sa vitesse. Il commet une faute s'il n'est pas en mesure de s'arrêter quand il y a un obstacle, un peu comme en voiture."

Vue générale du secteur rocheux de la station de Méribel où Michael Schumacher s'est gravement accidenté, le 31 décembre 2013.
Vue générale du secteur rocheux de la station de Méribel où Michael Schumacher s'est gravement accidenté, le 31 décembre 2013. (DAVID EBENER / DPA)