Dopage dans l'athlétisme : rappel à l’ordre pour cinq pays dont le Kenya et l'Ethiopie

Pour la fédération internationale d'athlétisme (IAAF), les programmes de lutte antidopage sont insuffisants en Ethiopie, au Kenya, au Maroc, en Ukraine, et en Biélorussie. Elle maintient d'autre part la suspension de la Russie.

(Le patron de l'IAAF, Sebastian Coe, parle de situation "très critique" dans 5 pays © REUTERS/ Eric Gaillard)
Radio France

Mis à jour le
publié le

L'IAAF, la Fédération internationale d'athlétisme a dévoilé ce vendredi la liste des mauvais élèves en matière de dopage. Selon son président, Sebastian Coe, "il y a cinq pays en situation très critique ". Et il y a parmi eux des grandes nations de l'athlétisme, comme l'Ethiopie et le Kenya. Viennent s'y ajouter le Maroc, l'Ukraine et la Biélorussie. 

Ces pays sont affectés à "différents degrés ", nuance Sebastian Coe. Le Maroc et l'Ethiopie doivent revoir "de toute urgence " leur politique antidopage. Il faut plus de tests, pendant et hors des compétitions. Quant au Kenya, l'Ukraine et la Biélorussie, ils sont simplement sommés de "renforcer " leur programme.

Cette annonce reste symbolique. La Fédération n'a pas pris de sanction immédiate, et parle plutôt d'un "rappel à l'ordre ". 

A LIRE AUSSI ►►►"La corruption était partie intégrante de la Fédération internationale d'athlétisme"

La Russie toujours suspendue

La Russie, elle, a déjà dépassé ce stade. Elle a été provisoirement suspendue en novembre dernier suite à la publication d'un rapport de l'Agence mondiale antidopage. Une sanction qui a été maintenue ce vendredi par l'IAAF. Le responsable du dossier pointe de "considérables progrès", mais pas suffisants pour "remplir les critères permettant une réhabilitation". 

Le spectre d'une absence aux Jeux de Rio plane donc au-dessus des athlètes russes. Un nouveau point sur la situation doit être réalisé d'ici le début des compétitions, le 5 août prochain. 

A LIRE AUSSI ►►► Athlétisme : le dopage serait à l’origine d’un tiers des médailles