VIDEO. Téléphones portables : l’envers du décor

L’équipe de Cash investigation sur France 2 s’est penché sur les aspects insoupçonnés des téléphones portables, et sur ce qu’il y a derrière cette technologie.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Pour faire fonctionner les téléphones portables, des dizaines de minerais différents sont nécessaires. Notamment le tantale, le métal qui sert à fabriquer des condensateurs, des composants qui permettent la conservation des données lorsque le téléphone s’éteint à cause de la batterie.

80 % des réserves mondiales de tantale se trouvent en Afrique, notamment en République démocratique du Congo. 3 000 personnes travaillent notamment jour et nuit pour extraire le minerai, appelé ici coltan, dans une mine du nord du pays que France 2 a pu visiter. Au sortir de la ville, un sac se vend 600 euros aux intermédiaires, mais sur le marché international, il s’achète jusqu’à 3 500 euros.

"C’est très dangereux"

Une richesse qui ne profite pas aux mineurs, qui travaillent dans des conditions très dures. "Je travaille depuis trois mois ici, et c’est déjà trop. C’est très dangereux", assure un mineur au micro de Cash investigation. La mine est très étroite, l’oxygène manque et la température atteint 43°C. De simples planches de bois maintiennent la galerie. Pour douze heures de travail quotidien, les mineurs ne sont payés que 5,50 euros.

Dans l’hôpital local construit à quelques kilomètres de la mine, les creuseurs représentent la moitié des patients. 50 par mois, en moyenne, sont victimes d’éboulements. "Quand il y a un éboulement, on laisse la partie déjà éboulée et on contourne. On laisse les corps à côté et on continue à chercher le coltan", assure un ancien mineur.

Le JT
Les autres sujets du JT
(CAPTURE ECRAN FRANCE 2)