VIDEO. Les Français encore trop frileux face au don d'organes

Parmi les malades sur liste d'attente, seul un sur trois a pu bénéficier d'une greffe l'an dernier. La faute en partie au manque d'information des Français.

Voir la vidéo
C. Gilbert, O. Thieth, F. Clarke, M. Guilloiseau-Joubair / France 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elisabeth a de la chance. Dimanche 16 juin, elle a été appelée d'urgence à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), après trois années d'attente. Elle a pu bénéficier d'une greffe de rein, prélevé sur une personne morte peu de temps avant. Cinq jours plus tard, alors qu'il ne lui reste de l'intervention qu'une "toute petite cicatrice", elle dit : "Merci, mon donneur." En France, plus de 50 000 personnes ont déjà bénéficié d'une greffe d'organe.

Pourtant, ce "nouveau départ dans la vie" reste difficile à atteindre. En 15 ans, le nombre de personnes sur liste d'attente a plus que doublé, passant de 8 733 malades en 1997 à 17 627 en 2012. Pourtant, seules 5 023 personnes ont pu bénéficier d'une greffe l'an dernier. Pourquoi une telle attente ? Alors que seulement 21% des Français se disent opposés au prélèvement d'organes, les familles refusent une telle intervention dans 34% des cas, selon un sondage OpinionWay. Mieux faire connaître la loi, qui autorise le prélèvement sur les défunts qui ne s'étaient pas opposés de leur vivant au don d'organes, permettrait de greffer 1 300 malades de plus chaque année.

Un membre d\'une équipe chirurgicale prépare une greffe de cœur, le 16 août 2011, à l\'hôpital pour enfants de Zürich (Suisse).
Un membre d'une équipe chirurgicale prépare une greffe de cœur, le 16 août 2011, à l'hôpital pour enfants de Zürich (Suisse). ( MAXPPP)