VIDEO. Il y a une "réelle insécurité dans notre pays", selon le numéro 3 de la gendarmerie

Le général Soubelet a critiqué la politique pénale menée par le gouvernement lors d'une audition parlementaire, en décembre.

Voir la vidéo
Hugo Clément, Sophie Rodier, Alain Dubat - France 2
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet est le numéro 3 de la gendarmerie. Lors d'une audition parlementaire, en décembre, le directeur des opérations et de l'emploi à la direction générale de la gendarmerie a dressé un tableau accablant de la délinquance en France, notamment dans les campagnes.

Livrant une "analyse pas très conventionnelle", il a indiqué que la délinquance n'avait pas augmenté "en valeur absolue" mais qu'il y avait une "réelle insécurité dans notre pays". Au jeu des questions-réponses avec les membres de la commission, il précise que 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 "sont à nouveau dans la nature", critiquant la politique pénale menée par le gouvernement.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a réagi à ces accusations, mardi 7 janvier, devant la haute hiérarchie de la gendarmerie, dont le général Soubelet, au Quartier des Célestins, à Paris. "Les ministres de l'Intérieur et de la Justice concourent pleinement à l'autorité de notre Etat", a-t-il déclaré. Et d'ajouter que "les forces de l'ordre et la justice doivent partager les mêmes buts". Manuel Valls a également assuré qu'avec "la garde des Sceaux, nous sommes sur la même longueur d'onde". Après son discours, le ministre a affirmé devant la presse que "l'incident" était "clos".

 

Le général de corps d\'armée Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie, lors d\'une audition à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 18 décembre 2013.
Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie, lors d'une audition à l'Assemblée nationale, à Paris, le 18 décembre 2013. ( MAXPPP)