La polémique sur la viande de cheval découverte dans des plats cuisinés a marqué samedi 23 février le passage de François Hollande au Salon de l'agriculture. A l'occasion de l'inauguration de cette 50e édition, le chef de l'Etat est venu prendre le pouls d'un monde paysan désorienté.

Un éleveur notamment s'est plaint d'être "sous pression" car "contrôlé sans arrêt" sur l'alimentation du bétail. "Nous aussi on est sous pression", a répondu le président de la République, ajoutant : "En même temps quand il n'y a pas de contrôle, vous voyez..."

Selon des chiffres officiels, les éleveurs d'ovins et de bovins gagnent en moyenne 15 000 suros par an, contre 72 000 à 80 000 suros pour les céréaliers et les betteraviers. Pour rééquilibrer les aides, beaucoup plus généreuses pour les grosses exploitations, le gouvernement défend le principe d'une prime plus importante donnée aux 50 premiers hectares. Une idée reprise samedi par François Hollande.

François Hollande rencontre des éleveurs lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture, le 23 février 2013 à Paris.
François Hollande rencontre des éleveurs lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture, le 23 février 2013 à Paris. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)