Un an après l'Hyper Cacher, Lassana Bathily se sent "simple citoyen"

Le 9 janvier 2015, ce manutentionnaire a permis à plusieurs personnes de se cacher dans une chambre froide du supermarché à Paris visé par Amédy Coulibaly. Naturalisé français, il est toujours très marqué par ces attentats.

(Lassana Bathily, ancien employé de l'Hyper Cacher de Vincennes © RadioFrance/Cécilia Arbona)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Il y a un an, Lassana Bathily avait un titre de séjour et avait déposé sa demande de naturalisation. Aujourd'hui, ce Malien, arrivé en France sans papiers, a obtenu la nationalité française et travaille à la mairie de Paris. Un an après l'attaque du supermarché qui l'employait, il revient sur son parcours et sur ces scènes d'épouvante qui le poursuivent. 

Cécilia Arbona a rencontré Lassana Bathily, ancien employé de l'Hyper Cacher
--'--
--'--

En plein débat sur la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux, le Franco-malien s'interroge sur l'application de cette mesure. Régulièrement, il pense au parcours du djihadiste Amédy Coulibaly, né au Mali comme lui. "On vient de la même région, c'est ça qui est dur , confie-t-il. Il a fréquenté les mauvaises personnes et je crois qu'il y a un gros travail à faire ici" . Du dialogue, de la volonté et du sport, voilà ce que prône Lassana Bathily. Cet amateur de football et d'athlétisme n'a pas renoncé à son rêve : devenir éducateur auprès des jeunes.

Il raconte son parcours dans un livre, Je ne suis pas un héros , aux éditions Flammarion.