Taxis : une consultation de la base au compteur après la réunion à Matignon

Au lendemain d'une réunion entre Manuel Valls et les représentants des taxis des organisations syndicales appellent à lever les blocages, mais d'autres discutent avec la base ce vendredi matin.

(Les représentants des taxis se rendent jeudi soir Porte Maillot pour consulter la base sur la suite du mouvement © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Après trois jours de mobilisation dans toute la France contre les VTC, 17 organisations syndicales de taxis ont été reçues jeudi soir par Manuel Valls à Matignon. A l'issue de trois heures de réunion, le Premier ministre a appelé à "mettre fin au conflit". Des organisations syndicales appellent à lever les blocages, mais chauffeurs de taxis ont passé une troisième nuit Porte Maillot, à Paris, en attendant de décider de la suite à donner au mouvement ce vendredi matin.

Un renforcement des contrôles

Manuel Valls a annoncé un renforcement des contrôles des véhicules de tourisme avec chauffeur dans 12 départements. Une "politique de contrôle pluridisciplinaire pilotée par les préfets ". Une mesure qui concernerait, selon Matignon, Paris, les 3 départements de la petite couronne et les départements des autres grandes villes de France: Rhône, Gironde, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Alpes-maritimes et Nord.

Manuel Valls a notamment avancé l'idée de restreindre à une ou deux régions la zone géographique d'action des VTC, comme c'est le cas pour les taxis, tout en reconnaissant que cette mesure avait un risque d'anticonstitutionnalité.

Le Premier ministre a également évoqué des aides financières pour les taxis les plus en difficulté. Une indemnisation qui devra être négociée à partir de lundi par le médiateur Laurent Grandguillaume, nommé mardi. Il pourrait s'agir d'étalements fiscaux ou de cotisations sociales. Les représentants des taxis sont invités à présenter des propositions écrites sous 48 heures.

Des représentants partagés jeudi soir

Certaines organisations, comme l'Union nationale des taxis, se sont dites "satisfaites" de ces annonces et ont demandé jeudi soir la levée des blocages. "On remercie nos collègues qui ont passé trois jours dans des situations difficiles " a déclaré sur France Info un de ses représentants. "Je pense qu’ils doivent rentrer chez eux dans l’attente de trouver très vite des solutions concrètes pour qu’on rentre dans une phase positive pour la profession ". Une position également partagée par la Fédération nationale des artisans taxis. 

D'autres syndicats, comme la CFDT ou le syndicat de défense des taxis parisiens, sont plus réservés. Sur France Info, leurs représentants se disent "ouverts " mais annoncent jeudi soir qu'ils se rendent Porte Maillot pour consulter "la base", c'est-à-dire le millier de chauffeurs qui bloquent toujours cette entrée de la capitale. Idem à Bercy.

Jeudi soir, à l'issue d'une réunion à Toulouse, le préfet de la région Languedoc-Roussillon avait annoncé la création d'ici 10 jours d'une brigade pour contrôler les VTC. Une task-force composée de motards et d'officiers de police judiciaire spécialement formés à la réglementation des transports.