Sept centrales nucléaires ont été survolées par des drones

EDF a porté plainte à deux reprises en dix jours après le survol de sa centrale nucléaire de Saint-Vulbas, dans l'Ain, par un "aéronef assimilable à un drone". Il n'y a eu aucune revendication. EDF annonce qu'en tout, sept centrales ont été survolées.

(La centrale du Bugey à Saint-Vulbas dans l'Ain © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

A qui appartiennent ces drones et pourquoi survolaient-ils la centrale nucléaire EDF du Bugey à Saint-Vulbas, dans l'Ain ? "Les 19 et 20 octobre 2014, les équipes de surveillance de la centrale du Bugey ont détecté la présence illégale d'un aéronef assimilable à un drone sur le périmètre aérien de la centrale. Conformément à nos procédures, les pouvoirs publics ont immédiatement été prévenus", indique EDF sur le site de la centrale. Ce survol  "n'a eu aucune conséquence sur la sûreté et le fonctionnement des installations ", poursuit le groupe. Mais EDF a déposé plainte auprès de la brigade territoriale de Lagnieu, le 20 octobre 2014. 

La présence d'un autre aéronef similaire a été signalée le vendredi 24 octobre, une nouvelle plainte a donc été déposée, ajoute EDF sur son site. Ces survols n'ont pas été revendiqués. Dans la soirée, EDF a annoncé que sept centrales avaient été survolées au mois d'octobre. Le premier survol "d'un aéronef assimilable à un drone" a été détecté le 5 octobre au-dessus de la centrale en déconstruction de Creys-Malville (Isère), selon EDF. Les autres survols ont eu lieu au-dessus des centrales de Gravelines  (Nord), Cattenom (Moselle), du Blayais (Gironde), du Bugey (Ain), de Chooz  (Ardennes) et de Nogent-sur-Seine (Aube).

Greenpeace s'inquiète. "Nous sommes très inquiets de la survenue et de la répétition de ces survols suspects sans qu'aucune réponse sur leur origine ne soit fournie ni par EDF ni par les forces de l'ordre ", explique Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a quant à elle refusé de s'exprimer.

Un militant de Greenpeace atterissait dans la centrale en mai 2012

En mai 2012, un militant de Greenpeace avait survolé cette même centrale du Bugey, entre les deux tours de l'élection présidentielle, pour alerter sur la "vulnérabilité" des sites nucléaires aux attaques aériennes. Il avait atterri sur le site à l'aide d'un parapente à moteur. La scène avait été filmée par un drone.