Sécurité routière : l’éthylotest antidémarrage en test

L'éthylotest antidémarrage est à l'essai dans trois départements. Ce dispositif pourrait être étendu à toute la France d'ici deux ans. Il apparaît comme une alternative d'aptitude pour le chauffeur qui a perdu son permis.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Souffler pour pouvoir rouler. Le dispositif n'a pas séduit les juges. À peine 25 conducteurs se sont vus imposer l'installation d'un éthylotest antidémarrage depuis 2011. Et pour cause, le dispositif est très cher : 1 200 euros à l'achat, 100 euros par mois à la location. En bloquant la voiture quand le taux d'alcoolémie du conducteur dépasse la limite autorisée, cet outil s'adresse aux automobilistes condamnés pour ivresse au volant.

75% de récidive en moins

Pour relancer et généraliser son utilisation, trois préfectures peuvent désormais le proposer à ceux qui souhaitent retrouver leur permis : le Nord, la Drôme et la Marne. Le test va durer deux ans avant une extension à toute la France. Le dispositif a fait ses preuves. Le taux de récidive a chuté de 75% lors de cette expérimentation en Haute-Savoie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un éthylotest anti-démarrage installé dans une voiture, à Paris, le 23 juillet 2008.
Un éthylotest anti-démarrage installé dans une voiture, à Paris, le 23 juillet 2008. (PIERRE VERDY / AFP)