Ivre, elle promenait son petit-fils sur la bande d'arrêt d'urgence : une grand-mère condamnée à 4 mois de prison avec sursis

Une femme de 48 ans a été condamnée jeudi à quatre mois de prison avec sursis et une obligation de soins. En août dernier, elle avait été retrouvée en état d'ivresse, avec son petit-fils dans une poussette, sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A23, près de Valenciennes (Nord). 

L\'autoroute A23 dans le Nord 
L'autoroute A23 dans le Nord  (WIKIMEDIA COMMONS)
avatar
Rafaela Biry-VicenteRadio France

Mis à jour le
publié le

Quatre mois de prison avec sursis et une obligation de soins :  c'est la peine prononcée jeudi 10 mars à l'encontre d'une grand-mère de 48 ans, retrouvée ivre le 23 août dernier alors qu'elle promenait son petit-fils dans une poussette sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A23, près de Valenciennes, dans le Nord.

Le procureur pointe un "comportement irresponsable"

Elle comparaissait pour mise en danger de la vie d'autrui devant le tribunal correctionnel de Valenciennes. "C'est un miracle qu'il n'y ait pas eu d'accident", s'est agacé le procureur de la République qui a brandi un rapport de la sécurité routière assurant que la durée de survie d'un piéton sur une autoroute est de quinze à vingt minutes.

Selon toute vraisemblance, la grand-mère est restée une bonne demie-heure sur la bande d'arrêt d'urgence, à marcher sur 2 kilomètres. La femme avait 2,6 grammes d'alcool dans le sang.

Le procureur a aussi pointé du doigt l'absence ou presque d'eau pour le petit garçon, neuf mois à l'époque. Le département du Nord était ce jour là en alerte canicule et il faisait 32 degrés cet après-midi là.

Le procureur a requis quatre mois de prison avec sursis, une obligation de soins mais aussi une interdiction de voir son petit-fils. L'interdiction n'a pas été retenue par le tribunal, car la présidente a estimé que cette femme avait besoin du soutien de sa famille pour sortir de son grave problème d'alcoolisme. 

La promenade en état d'ivresse se termine sur l'autoroute

A la barre du tribunal, cette femme est apparue fragile, et a expliqué qu'elle se battait depuis des années avec son problème d'alcool, et que malgré ses nombreuses cures, elle souffrait d'une cirrhose du foie. Quelques mois avant la poussette sur la bande d'arrêt d'urgence, elle avait été retrouvée à 22 heures dans les rues de Raismes, ivre,  en train de promener son petit-fils. Depuis, son fils lui faisait moins confiance. 

Le 23 août, le père avait demandé à sa mère de garder son fils, chez lui à Wallers pour une journée. En état d'ivresse, celle-ci avait décidé de promener son petit-fils vers la forêt de Raismes. C'est là qu'elle s'était perdue, avant de se retrouver sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute A23, à tituber pendant une trentaine de minutes. 

"Il y aurait pu y avoir des conséquences dramatiques" a rappelé l'avocate du petit garçon. "Cette affaire aurait pu être jugée aux assises" a-t-elle ajouté. "oui je sais, on a frôlé la mort", a reconnu la grand-mère durant son procès.