La crise plane sur la 53e édition du salon de l'agriculture

C'est l'effervescence au salon de l'agriculture qui accueillera ses premiers visiteurs samedi 27 février.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Les visiteurs du salon de l'agriculture vont rencontrer des professionnels inquiets pour leur profession. Toute la journée, toilette et brushing pour se préparer au grand jour sont au programme des animaux à la veille de l'ouverture. Le salon de l'agriculture, les éleveurs y viennent chaque année car ils sont passionnés. "On vient surtout pour concourir", explique Patrick Cabon, éleveur laitier du Finistère, au micro de France 3.

Défendre le modèle agricole français

Cette édition 2016 revêt un caractère particulier. Le monde de l'élevage est en colère, la crise ne finit pas, certains ont même choisi de ne pas faire le déplacement à Paris et de boycotter le salon. Certains éleveurs estiment en revanche que ce n'est pas la solution. "On a des collègues qui voulaient boycotter le salon, mais on tenait quand même à être présents pour nous exprimer et évoquer notre malaise actuel", raconte Richard Tholange, éleveur laitier de Haute-Loire. Certains ont ainsi revêtu des tee-shirts noirs sur lesquels on peut lire "Je suis éleveur, je meurs" et prévoient de manifester sur le salon pour dénoncer l'effondrement des prix. Bousculés par la concurrence européenne, les éleveurs veulent défendre le modèle agricole français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Joël Sillac pose avec sa vache Cerise, choisie pour être la mascotte du Salon international de l'Agriculture, à Paris, le 26 février 2016.
Joël Sillac pose avec sa vache Cerise, choisie pour être la mascotte du Salon international de l'Agriculture, à Paris, le 26 février 2016. (JACKY NAEGELEN / REUTERS)