Expulsion de Leonarda : "L'école n'est pas un lieu d'exclusion", pour Valérie Trierweiler

La compagne de François Hollande a pris la parole en marge d'un déplacement à Angers (Maine-et-Loire).

La compagne du président de la République, Valérie Trierweiler, à la mairie du 12e arrondissement de Paris, le 27 septembre 2013.
La compagne du président de la République, Valérie Trierweiler, à la mairie du 12e arrondissement de Paris, le 27 septembre 2013. (MAXPPP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors que François Hollande reste très prudent sur l'expulsion de Leonarda, sa compagne, Valérie Trierweiler, a pris la parole, vendredi 18 octobre, en marge d'un déplacement à Angers (Maine-et-Loire). "On ne franchit pas certaines frontières et la porte de l'école en est une", a-t-elle déclaré lors d'une interview sur France 3 Pays de la Loire.

Interrogée sur le thème de la sanctuarisation de l'école, évoqué par le ministre de l'Education nationale puis par l'Elysée, elle a répondu : "C'est un vocabulaire religieux que moi je n'utilise pas, mais l'école est un lieu d'intégration, elle n'est pas un lieu d'exclusion." "L'école est là pour offrir l'égalité des chances."

Valérie Trierweiler s'est également exprimée sur le mensonge du père de la collégienne, quant à la nationalité des membres de sa famille : "C'est une enfant. Elle n'est pas responsable de ce qu'auraient pu faire ses parents."